Aménagement

A Marseille, Logirem veut changer son image de bailleur social des quartiers difficiles

Mots clés : Urbanisme - aménagement urbain

Principal investisseur dans les programmes de rénovation urbaine, Logirem s’engage aussi des opérations complexes d’aménagement en centre-ville.

Un acteur majeur de la rénovation urbaine: à Marseille, l’ESH Logirem, une filiale du groupe Caisse d’Epargne, est le premier contributeur au programme national de rénovation urbaine avec un engagement dans six conventions Anru dans le cadre du PNRU 1 (268 millions d’euros d’investissements) et neuf, si l’on ajoute les conventions de Vitrolles, La Ciotat et Nice (280 millions d’investissements au total). «C’est un effort considérable que nous engageons sur notre patrimoine historique qui se traduit par la mobilisation de 60% d’emprunts ou de fonds propres dans ces opérations. Mais sans l’apport de l’Anru et des collectivités locales, nous n’arriverions pas à porter de tels projets» souligne Eric Pinatel, le président du directoire de Logirem.

 

Entre 180 et 200 millions d’euros pour le nouveau PNRU

 

Pour cet ESH qui dispose d’un patrimoine de 22 000 logements en Paca et en Corse (et près de 8 000 logements à Marseille), dont 40% ont été construits avant 1975, qui investit près de 100 millions d’euros par an, la rénovation urbaine représente 937 démolitions, la création ou la reconstruction de 977 logements, la réhabilitation de 1 111 logements, la résidentialisation de 1411 logements, etc.

Sur le terrain, Logirem, est impliquée, seule ou avec d’autres bailleurs sociaux, dans les principaux projets de rénovation urbaine de Marseille: Plan d’Aou, Les Créneaux, Saint-Barthélemy (quartiers nord), Hauts de Mazargues (au sud), ZUS Centre Nord, en centre-ville. Tous ces projets sont largement engagés et devraient s’achever au plus tard en 2017.

«Nous travaillons sur le nouveau programme national de rénovation urbaine dont nous espérons signer les conventions entre mi-2016 et mi 2017, en fonction de l’avancement des études urbaines. Pour Logirem, l’investissement de cette deuxième phase pourrait s’établir entre 180 et 200 millions d’euros» ajoute Eric Pinatel. Au total, 8 nouvelles conventions sont attendues (cinq à Marseille, les autres à Port-de-Bouc, Miramas et Salon). A Marseille, Logirem devra notamment revenir au chevet de La Savine, une «forteresse» de 1400 logements dont un premier projet de réhabilitation a été stoppé à cause de l’amiante et qui aujourd’hui élargi à un périmètre plus important représente 130 millions d’euros d’investissements.

 

Engagement dans des opérations urbaines complexes

 

«Cette capacité à accompagner les grandes mutations des résidences en difficulté, nous la mettons en œuvre aujourd’hui au service d’opérations d’aménagement urbain, de reconstruction de la ville sur la ville, où l’enjeu n’est pas uniquement de construire mais de créer des conditions de vie favorables aux habitants, en apportant de la mixité fonctionnelle» commente Eric Pinatel.

Dans le troisième arrondissement de Marseille, un des plus défavorisés de la ville, Logirem a acquis 8 000 m² de terrain auprès de la Banque Postale et pilote, en assurant la maîtrise d’ouvrage, une opération -Carré Saint Lazare- qui comportera 72 logements sociaux, 91 logements en accession sociale, du locatif privé, une résidence étudiante de 197 logements, une résidence «Les Séniorales», une crèche de 42 berceaux, un libre-service alimentaire, un espace d’accueil et d’activité pour les seniors, 370 places de parking, etc. Ce projet de 60 millions d’euros (travaux), lancé en 2014, sera livré en deux étapes, mi-2016 et mi-2017. Confié aux architectes Daniel Deluy et Rémy Marciano, il ne représentera pas moins de 10 immeubles et 200 m de façades mais tous les programmes disposeront d’un cœur d’îlot végétalisé. Porte d’Aix, à proximité de la gare Saint Charles, Logirem va engager la réhabilitation de l’îlot Bon Pasteur, un ensemble dégradé caractéristique des faubourgs marseillais qui offrira en 2017 une centaine de nouveaux logements, neufs ou réhabilités.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X