Aménagement

A Marseille, les urbanistes sont à pied d’œuvre pour dessiner la future métropole

Mots clés : Métier de la construction

Les trois équipes retenues n’ont que quelques mois pour proposer une vision du territoire et des projets pour la future métropole marseillaise, à même de susciter l’adhésion d’élus toujours majoritairement opposés à sa mise en place.

A Marseille, la Mission interministérielle pour le projet métropolitian Aix Marseille Provence est en train de boucler sa démarche de préfiguration avec l’entrée en scène des urbanistes chargés sur la base de tout le travail d’élaboration qu’elle a mené en amont depuis plusieurs mois (1200 acteurs au total mobilisés) de donner une vision du futur territoire métropolitain mais aussi de proposer quelques projets démonstrateurs. Trois équipes, très largement pluridisciplinaires, aux nombreuses références, sont à pied d’œuvre depuis le mois d’avril avec comme chefs de file: Christian Devillers et Corinne Vezzoni; Finn Geipel (agence LIN); David Mangin et Jornet Llop Pastor.

La démarche qui leur a été confiée a fait l’objet d’une présentation à Marseille à la mi-avril et elle le sera à nouveau à Paris, à la Cité de l’Architecture, le 12 mai prochain. «Cette consultation est importante. Elle va permettre aux élus du territoire, même si la mise en place de cette métropole est difficile, d’en avoir une représentation, de disposer de projets opérationnels et concrets. Mais nous espérons aussi qu’elle permette à l’Etat de voir plus clair par rapport aux besoins de ce territoire et de lui donner les moyens financiers dont il a besoin» souligne Laure Agnès Caradec, en charge de l’urbanisme à la ville de Marseille et à la communauté urbaine MPM et également présidente de l’Agam, l’agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise.

 

Un délai d’étude compris entre 6 et 9 mois

 

«Les équipes ne partent pas d’une feuille blanche. Des intentions de projet et des convictions partagées leur sont fournies et devront être prises en considération, même si leur travail va déboucher sur trois projets et visions différentes de la Métropole. L’originalité de cette consultation sera aussi l’association des élus et des acteurs locaux au travail des concepteurs au travers de plusieurs rencontres» ajoute Laurent Théry, préfet délégué en charge du projet métropolitain. Ces éléments fondateurs sont la poursuite de l’internationalisation de la Métropole, la cohésion sociale et territoriale, la structuration du territoire en système, l’équilibre entre développement et préservation des ressources naturelles.

Même si elles vont déjà disposer d’une base de réflexion et de principes, les équipes ne devront pas traîner en chemin et s’engager «intensivement» dans la démarche. L’échéance de mise en place de la future institution métropolitaine au 1er janvier 2016 impose en effet qu’elles délivrent à la rentrée prochaine une première vision du territoire métropolitain puis à la fin de l’année la synthèse de leurs travaux, à l’occasion de la conférence métropolitaine. Un délai extrêmement court, compris entre 6 et 9 mois avec un budget global de 1,5 million d’euros, financé par l’Etat et la Caisse des Dépôts. «Neuf mois c’est à la fois peu et suffisant car la Mission a déjà beaucoup travaillé. Nous ne referons pas tout mais tenterons plutôt de structurer et de spatialiser le projet» souligne Christian Devillers. L’équipe pluridisciplinaire qu’il a constituée a la conviction que les questions maritimes et portuaires sont fondamentales pour ce territoire. Pour David Mangin, «les équipes sélectionnées ont l’expérience de telles réflexions sur de grands territoires et des délais courts sont plutôt un avantage. Mais le mot d’ordre sera d’optimiser les ressources et les potentialités de ce territoire, en présentant à la fois des grands projets et des microprojets.» Même analyse pour Finn Geipel qui estime «qu’il faudra plutôt favoriser et faire aboutir les projets existants pour ce territoire et réussir à faire dialoguer grandes et petites opérations.» Reste aussi un défi à relever pour ces équipes : il faudra qu’elles réussissent à susciter appétence et envie chez les élus du territoire dont la grande majorité reste à ce jour opposés à la mise en place de la métropole.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X