Transport et infrastructures

A Marseille, l’Etat refuse la réception de la L2

Mots clés : Etat et collectivités locales - Réseau routier

Le préfet de région, Stéphane Bouillon a pointé 352 réserves, en comité de suivi des engagements de l’Etat de la rocade L2. La mise en service à la rentrée pourrait être retardée.

A l’image de la période estivale qui s’ouvre à Marseille, la température monte autour de la L2 et entre les protagonistes du partenariat public-privé (PPP); l’Etat, les collectivités locales et la Société de la Rocade L2 (SRL2) de Marseille, pilotée par le groupe Bouygues. Fin juin, Jean-Claude Gaudin, le président de la métropole Aix-Marseille Provence, demandait à l’Etat d’accélérer la mise en service du tronçon Est, dont les travaux sont aujourd’hui terminés (un peu plus de 5 km entre l’échangeur de Florian sur l’A50 et Saint-Jérôme). «L’Etat doit se montrer ferme sur les délais de mise en service de ce chantier attendu par tous, depuis trop longtemps et je souhaite que les services de l’Etat mettent réellement tout en œuvre pour ouvrir la L2 dès que possible» déclarait Jean-Claude Gaudin. Quelques jours plus tard, Julien Ruas, adjoint au maire, délégué au bataillon de marins-pompiers, à la prévention et à la gestion des risques urbains montait au créneau, affirmant que «le bataillon de marins-pompiers de Marseille était prêt pour réaliser au plus vite des exercices de sécurité», suite à une interview du préfet de région, Stéphane Bouillon, début juillet, expliquant que la mise en service de la L2 pourrait être retardée du fait précisément de ces exercices encore à réaliser.

 

L’arrêté des tranchées couvertes délivré

 

Patatras: le 7 juillet, lors du comité de suivi des engagements de l’Etat de la rocade L2, où se trouvaient à l’ordre du jour «les modalités de la mise en service de la L2 Est, les moyens de limiter la congestion à son débouché et de réduire les risques d’insécurité routière sur l’A50», le préfet Stéphane Bouillon a refusé la mise à disposition de l’ouvrage par la SRL2, comme prévu. Il pointe du doigt 352 réserves, parmi lesquelles des points de sécurité à revoir avant la mise en service. Au siège de la SRL2, on déclare prudemment attendre «la notification des points bloquant l’acceptation par l’Etat de la mise à disposition et mettre tout en œuvre pour les résoudre au plus vite». On s’étonne toutefois au passage de la délivrance le même jour de l’arrêté préfectoral autorisant la mise en service des tranchées couvertes de l’autoroute A507 (ou L2), section est, en phase provisoire, jusqu’à la mise en service de la totalité de l’ouvrage…

A ce jour, le calendrier établi par la SRL2 prévoyait deux mois de tests et de pré-exploitation pour une ouverture à la rentrée 2016 du tronçon Est. Un tronçon est de surcroît mis en service en mode partiel: l’échangeur de Florian ne sera pas ouvert et l’accès se fera par la bretelle D7 et par un itinéraire interquartiers. La raison: ne pas surcharger la L2, tant que les travaux du tronçon nord ne sont pas achevés, fin 2017.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X