Projets

A Lyon, le parc Blandan accueillera un espace culturel et une offre d’hébergement

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Centre commercial - Établissement militaire - Magasin

Acquis en 2007 par le Grand Lyon, l’ancienne caserne Sergent-Blandan poursuit sa mue avec la reconversion du magasin d’armes et du château La Motte qui accueilleront espaces hôtelier et événementiel.

A la frontière de trois arrondissements de Lyon, l’ancienne caserne du Sergent-Blandan, reconverti il y a trois ans en parc urbain de 17 hectares par l’agence Base, va connaître de nouveaux aménagements. L’appel à projet, lancé par la Métropole de Lyon, pour la reconversion du château La Motte et du magasin d’armes situés à l’entrée principale du parc, vient d’être attribué au groupement coordonné par Urban Project et qui réunit, côté maîtrise d’ouvrage, Carré d’Or Promotion et 1850 Invest, les agences Alep et Clément Vergély côté maîtrise d’œuvre et La Bellevilloise, futur exploitant du lieu.

«Cet appel à projet visait la réhabilitation et la valorisation de ce patrimoine bâti dans une optique globale du lieu et apportant des fonctions d’accueil et d’animation au site», a rappelé Michel Le Faou, adjoint à l’urbanisme de la Métropole de Lyon. Pour cette opération, la collectivité a choisi de rester propriétaire des lieux en optant pour un bail emphytéotique d’une durée de 60 ans.

Le magasin d’armes, une fois réhabilité et surélevé, abritera l’offre hôtelière du projet avec des chambres collectives (132 lits) et une vingtaine de chambres doubles familiales. Un peu plus loin, le château La Motte, unique témoin de l’architecture Renaissance dans cette partie de Lyon, accueillera une offre de restauration autour de la cour du château. Un important travail de restauration sera engagé pour redonner à l’édifice ses dispositions premières. Pour liaisonner le tout, Clément Vergély à imaginer «l’abri». Ce bâtiment paysager traversant, organisé autour d’un patio planté, distribuera différents espaces lieux d’exposition et d’événement du site. En sous-sol, 150 places de parking seront créés.

Ce projet, qui nécessitera 15 à 20 millions d’euros d’investissement, ne pourra démarrer qu’après l’opposabilité du nouveau PLU, attendu début 2018.

 

D’autres aménagements à venir

 

Sur la douzaine de bâtiments implantés dans le parc, près de la moitié reste à reconvertir ou à démolir. Ainsi, le grand casernement, façade nord-ouest de l’esplanade, sera transformé par la SACVL et Eiffage en résidence sociale pour étudiants pour le compte du Crous.

Deux bâtiments, situés en haut du parc, ont vocation à être démolis, tandis que quatre autres bâtiments feront l’objet d’un appel à projet lancé d’ici la fin de l’année.

La Métropole dégagera un budget de 2 millions d’euros pour achever cette seconde phase de travaux qui comprendra la fin de l’aménagement paysager en partie haute du parc.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X