Culture

A Londres, une chrysalide psychédélique sera tissée sur les pelouses de la Serpentine Gallery

Mots clés : Architecture

Pour réaliser le prochain pavillon d’été expérimental de l’institution anglaise, l’agence d’architecture madrilène SelgasCano a imaginé une structure légère et multicolore. Elle sera ouverte au public du 25 juin au 18 octobre.

Inventer une structure temporaire unique et épatante pour habiter un jardin anglais le temps d’un été, voilà l’exercice excitant auquel se sont prêtés nombre de grands architectes depuis l’an 2000, à l’invitation de la Serpentine Gallery. Pour le 15e anniversaire de cette manifestation, l’institution londonienne a confié pour la première fois la réalisation de son pavillon à une agence espagnole, SelgasCano. Comme le veut la coutume, José Selgas et Lucía Cano poseront donc sur les pelouses des jardins de Kensington leur première réalisation en territoire britannique. Et ils ne dérogeront pas non plus à la quasi-règle des formes extraordinaires, telle qu’elle semble avoir été instaurée par leurs illustres prédécesseurs.

Après l’échafaudage nuageux du Japonais Sou Fujimoto en 2013, la géométrie écarlate du Français Jean Nouvel en 2010 ou la bulle évanescente du Néerlandais Rem Koolhaas et de l’ingénieur Britannique Cecil Balmond en 2006, 2015 verra ainsi surgir une chrysalide multicolore. Cette structure sera enveloppée dans une double épaisseur de membrane plastique EFTE, matière qui sera tissée façon cocon. Avec sa multitude de couleurs et ses contours flous, le pavillon devrait offrir aux visiteurs des sensations quasi psychédéliques. Accessible par divers points d’entrée, le pavillon permettra d’emprunter différents parcours à travers cette double peau. Inauguré le 25 juin prochain, il sera ouvert jusqu’au 18 octobre.

 

 

Pour l’agence SelgasCano, l’idée de départ était de « permettre au public d’expérimenter l’architecture à travers des éléments simples : la structure, la lumière, la transparence, les ombres, la forme, la sensibilité, le changement, la couleur et la matière. Nous avons donc conçu un pavillon qui intègre toutes ces composantes. » Selon le communiqué de la Serpentine Gallery, José Selgas et Lucía Cano, qui ont créé leur agence en 1998 à Madrid, sont de fait reconnus pour leur usage de matériaux synthétiques et de nouvelles technologies, rarement employés en architecture.

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X