Entreprises de BTP

À la recherche du smartphone adapté au chantier

Mots clés :

Informatique

Les professionnels du bâtiment exposent leur smartphone à de rudes épreuves, ce qui les incite à choisir des appareils toujours plus robustes… mais pas seulement !

Selon une étude de CatPhones, 69% des utilisateurs choisissent leur smartphone avant tout selon leur environnement de travail. Dans le bâtiment, le principal critère porte sur la robustesse : chocs, chutes, exposition prolongée à la poussière et à l’humidité… Autant de risques qui limitent la durée de vie de ces délicats bijoux technologiques.

Une fois cette robustesse garantie par différents standards (lire encadré Repères), les professionnels s’attachent à d’autres critères. Ainsi, l’autonomie est un argument à regarder de près quand on se déplace régulièrement sur les chantiers, où la recharge n’est pas toujours possible. Pour ceux qui, outre les déplacements en extérieur, doivent régulièrement consulter des éléments sur leur smartphone, la luminosité de l’écran est une autre caractéristique importante : tous les appareils ne disposent pas d’une brillance suffisante pour préserver la visibilité à la plus forte lumière du jour.

 

Couteau suisse

 

Par ailleurs, évoluant souvent dans des environnements bruyants, les artisans peuvent être sensibles à la qualité sonore, difficile à évaluer avant utilisation. En effet, même avec la voix HD, dernier cri en la matière, la qualité du son dépend de la compatibilité avec le téléphone de l’interlocuteur, de la couverture 3G de la zone où on se trouve, de l’opérateur téléphonique.
D’autres encore vont se concentrer sur la qualité des photos. Le nombre de mégapixels (ou Mpx) affichés est un premier élément de réponse. Ensuite, beaucoup de fabricants intègrent une solution double carte Sim aujourd’hui, pour disposer de deux lignes téléphoniques sur un même appareil.
Des fonctionnalités particulières peuvent faire la différence. Ainsi, la marque MTT propose sur certains smartphones une protection du travailleur isolé (PTI). L’appareil lance un appel selon des situations sélectionnées – immobilité prolongée ou une inclinaison suspecte du téléphone… La garantie, variable d’un constructeur à l’autre, est un autre sujet de réflexion. Sans oublier le design, mais là, à chacun ses goûts !

 

Trois caractéristiques à connaître

 

Pour connaître la robustesse d’un smartphone, trois caractéristiques techniques sont utiles.
La plage de température d’utilisation apparaît clairement sur les fiches techniques des appareils conçus pour ces conditions extrêmes (en l’absence d’indication, c’est que le smartphone n’est pas adapté).
La résistance aux chutes, à l’humidité et à la poussière est plus difficile à comprendre. Le MIL-STD-810G est un standard donné par le laboratoire de tests de développement technologique de l’armée américaine. Pour les smartphones, le standard garantit la résistance à de hautes altitudes et à des chutes de 1,20 m.
Le sigle IP désigne l’indice de protection, et est suivi de deux chiffres : le premier a trait au niveau de protection à la poussière, de 0 à 6 (plus il est élevé, plus l’appareil est protégé), le second à sa résistance à l’humidité. Pour une immersion totale, il faut atteindre le niveau 7. Le 8 doit être complété par le constructeur pour connaître la durée et la profondeur d’immersion, car on ne peut qu’en déduire que l’appareil tient au moins 30 min.

 

Durci ou endurci ?

 

Bien qu’encore confidentiel, le marché des smartphones robustes, également appelés durcis, croît d’environ 10 % chaque année. Les marques grand public s’y intéressent aussi. Mais attention à ne pas confondre durcis et endurcis : les premiers sont conçus à l’extérieur et à l’intérieur pour qu’aucune partie ne reste fragile, alors que les seconds n’auront qu’une coque de plus, protégeant l’écran mais pas les composants. Ultrarésistants, les smartphones durcis peuvent toutefois se casser dans des conditions extrêmes.

Focus

Avis d’expert Mikael Benjoar, country-manager France de CatPhones « Le secteur du bâtiment a besoin d’outils adaptés »

« L’expérience de notre maison mère Caterpillar dans le secteur du bâtiment et de la construction nous a permis de concevoir et de proposer des outils particulièrement adaptés aux contraintes de ces professionnels. Ainsi, dans tous nos modèles, nous mettons à la disposition de nos clients App Store Caterpillar, qui classe les applications mobiles par ordre de pertinence selon le métier de l’utilisateur. Grâce à cet outil, chaque corps d’état verra apparaître en premier lieu les liens qui peuvent l’intéresser dans le cadre de son travail. L’utilisateur trouvera de cette façon un calculateur de tonnage de ciment selon la surface à recouvrir, un calculateur de longueur de fils électriques nécessaires, ou encore une application pour déterminer la charge de fluide frigorigène adéquate pour tel ou tel appareil… »

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X