Energie

A Cernay, le bois prend le relais du gaz pour alimenter le réseau de chaleur

Mots clés : Bois - Démarche environnementale - Gaz - Gros oeuvre

La mise en service du nouvel équipement permet de réduire significativement la facture des abonnés et améliore sensiblement le bilan carbone de la commune.

Quarante après sa mise en service, le réseau de chaleur de Cernay (68) est entré dans une nouvelle ère: une chaufferie automatique au bois assure désormais l’essentiel des besoins en chauffage et ECS, en substitution d’équipements fonctionnant au gaz. «L’objectif était d’abord économique: nous voulions diminuer de 20 à 40% la facture de chauffage de nos concitoyens en améliorant la performance de nos installations, indique le maire Michel Sordi. Nous avons ensuite considéré les avantages écologiques de cette solution, qui repose sur les importantes réserves de bois de la région plutôt que sur des importations d’énergies fossiles, et soutient la création d’emplois locaux.» Toujours au plan environnemental, le recours au bois-énergie permettrait d’émettre 6400 tonnes de CO² par an, soit l’équivalent de 4100 véhicules.

 

Une utilisation tout au long de l’année

 

La chaudière est alimentée par un silo de 600 m3 correspondant à cinq jours de consommation. Le bois – en majorité des déchets, assure l’exploitant – est issu de forêts comprises dans un rayon de 50 à 80 km, avec des besoins annuels estimés à 6500 tonnes. La puissance de la chaudière atteint 4,2 MW auxquels il faut ajouter les 800 kW fournis par le condenseur récupérant la chaleur des fumées. «Une autre spécificité technique est la présence de trois ballons d’hydro-accumulation qui permettent de lisser la production durant les mois les plus chauds, ce qui autorise une utilisation de la chaudière tout au long de l’année», souligne Damien Siess, directeur adjoint à la direction Productions et énergies durables de l’Ademe. L’agence a subventionné 32% des 4,8 millions d’euros engagés pour l’équipement bois-énergie, le coût total des travaux atteignant 6,2 millions d’euros (extension de 5 kilomètres du réseau de chaleur, doublement du nombre d’abonnés dont un ensemble de 300 logements sociaux). L’investissement a été supporté par Cofely Services dans le cadre d’une délégation de service public de 18 ans.

 

Le gaz en complément l’hiver

 

Si la chaudière bois assure un taux de couverture de 85%, les équipements gaz restent un complément appréciable en hiver. «L’expérience nous montre que le recours au gaz s’enclenche quand les températures descendent sous les -5°C», rapporte Mathieu Albertus, responsable du département travaux pour Cofély Services en Alsace. Le réseau urbain est également doté d’une centrale de cogénération d’une puissance de 2,6 MW pour l’électricité, utilisée sur demande de l’opérateur public.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X