Logement

A Bordeaux, le comité ouvrier du logement (COL) lance un programme d’habitat participatif dans l’écoquartier de Brazza

Mots clés : Aménagement paysager - Bâtiment d’habitation individuel

Le COL, société coopérative d’intérêt collectif (Scic) indépendante installée à Anglet, Pau et Bordeaux, lance son programme d’habitat participatif au sein de l’écoquartier Brazza, à Bordeaux-rive droite.

Encore modeste, avec 20 logements, cette première opération d’habitat participatif bordelaise, n’en est pas moins très attendue. De quoi s’agit-il ? Le comité ouvrier du logement (COL), société coopérative d’HLM fait participer des accédants, mobilisés lors de réunions publiques, à l’élaboration d’un programme et à la conception de leur logement. Une idée en vogue, avec près de 400 projets de ce type en France en 2013, et qui fait son chemin dans le sud-ouest. Le troisième projet d’habitat participatif du COL en Aquitaine sera donc bordelais: «la ville de Bordeaux nous a sélectionnés, au vu de nos projets participatifs à Bayonne et Pau, pour conduire une opération dans le quartier Brazza, sous la houlette de Youssef Tohmé. En pratique, il s’agit pour nous de proposer 20 logements en volume capable, à achever. Nous livrerons les pièces d’eau et la cuisine et le reste sera à finir selon les goûts de chacun. Un moyen de faire baisser les prix dans une fourchette allant de 1850 à 2100 euros/m2 » explique Bertrand Bourrus, président du COL.

 

Coopérer

 

Chaque habitant devient coopérateur du COL, peut voter lors des assemblées générales et donc, au fil des réunions, acteur de l’élaboration du projet: «Cela permet de tisser des liens avec ses futurs voisins, parce qu’on a élaboré quelque chose ensemble. L’exemple de Bayonne nous montre une réelle mixité, toutes les professions sont représentées, et chacun retrouve une manière d’utilité collective: l’électricien et le jardinier ont proposé de s’occuper de l’entretien des parties communes, les personnes âgées se lancent dans le soutien scolaire ou la garde d’enfants» précise Imed Robbana, directeur général du COL. Pour accompagner efficacement l’utopie retrouvée d’un habitat participatif, le COL propose d’encadrer le projet: «nous voulons sécuriser le projet, que nous portons financièrement, les acquéreurs n’ayant qu’à lever une option d’achat et donc à payer uniquement à la livraison. Nous apportons aussi l’expertise de la gestion de projet en groupe, les relations avec l’architecte, les entreprises, autour des étapes clés du permis de construire, du DCE et de la livraison» décrit Imed Robbana.

 

Rencontre publique

 

A Bordeaux, la première réunion publique de présentation va se dérouler le 19 mars. Suivront une série de réunions permettant de préciser le projet et de déterminer ceux qui veulent s’y engager ou se retirer. Ensuite viendra la phase d’études architecturales: «nous travaillons avec l’Aera de Toulouse, comme AMO, mais chacun pourra ensuite travailler avec un architecte propre» précise Elaine Garcia, responsable commerciale du COL. Le calendrier prévoit la programmation sur 8 mois en 2015, un dépôt de permis au printemps 2016, pour une livraison fin 2017.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X