Collectivités territoriales

A Bordeaux, la métropole réduit ses dépenses et finalise ses grands chantiers

Mots clés : Établissements sportifs couverts - Sport

A Bordeaux, 2015 sera une année charnière, avec le premier budget effectif de la métropole. En chiffres bruts, les investissements se replient de 26 %. En réalité, la nouvelle donne budgétaire va rapprocher les dépenses réelles des crédits votés. Plusieurs gros chantiers sont en cours de réalisation ou vont être finalisés dans les prochains mois.

Le premier budget de la métropole bordelaise s’établit en dépenses réelles à 1,27 milliard d’euros. Si l’on enlève la dette, cela représente 1,15 milliard d’euros, en recul de 12,5% par rapport à l’année précédente. Les dépenses de fonctionnement vont en effet diminuer pour la première fois de 1% (436,7 millions d’euros), mais ce sont surtout les dépenses d’investissement qui connaissent un net recul de 26,7% (465,1 millions d’euros). Certes, la diminution des concours de l’Etat (-21 millions d’euros) est en cause. Mais, elle découle aussi, selon le président de la métropole Alain Juppé, d’une volonté de transparence et de sincérité budgétaire: « le budget en autorisations de programmes et crédits annuels de paiement entend se rapprocher des dépenses réellement effectuées; le taux de réalisation était relativement bas, nous nous rapprochons de la réalité des crédits utilisés».

Car au national comme au local, Alain Juppé estime qu’il faut «réduire les dépenses pour retrouver de la compétitivité» et doper localement l’attractivité économique du territoire. Aussi, les compétences transférées par les communes au cours de l’année feront l’objet d’une évaluation de transfert de charges et d’un budget modificatif des communes et de la métropole d’ici mars prochain.

2015 sera néanmoins un cru exceptionnel quant aux chantiers engagés ou livrés. Du nord au sud, les grands projets prennent forme. Dès fin janvier seront livrées les extensions de tramway (lignes A et C) qui vont franchir la rocade: le nouveau tronçon de la ligne C (2,8 km) desservira le Palais des congrès, le secteur commercial et hôtelier de Bordeaux Lac. A l’ouest, le prolongement de la ligne A (3,6 km) ira de Mérignac centre aux portes du Haillan.

 

Le grand stade livré en avril

 

Mais le plus attendu des grands chantiers sera évidemment le grand stade. Un stade de 42000 places modulables, dessiné par Herzog & de Meuron, qui sera livré le 30 avril. Très attendu, il accueillera le premier match des Girondins le 23 mai et les demi-finales du Top 14 en rugby, les 5 et 6 juin. Un investissement de 183 millions d’euros, réalisé en conception construction par Vinci et Fayat et qui devait être livré pour l’Euro 2016. Largement dans les temps. Mais à un prix qui n’a cessé de dépasser les estimations initiales. Et au terme de recours juridiques, qui ont ralenti la procédure, mais aussi posé clairement la question de l’opportunité d’un tel investissement lancé avant la crise de 2008. Alain Juppé se souviendra que le conseil général a refusé toute participation financière pour se consacrer à ses collèges.

En terme d’urbanisme, l’écoquartier Ginko entre dans sa troisième phase de travaux. Les premiers bâtiments du PAE des bassins à flots (Nicolas Michelin) sortent de terre. Sur la rive droite, les secteurs Bastide Niel et Brazza avancent à grands pas avec de premiers travaux d’aménagement. La ZAC Garonne Eiffel, lancée par Euratlantique à cheval sur les deux rives, sera approuvée en octobre. Et tout autour de la gare, à cheval sur les deux rives, l’opération d’intérêt national Euratlantique va voir dès cette année les travaux préparatoires de la Meca (région, Big) et la construction du Siège régional de la Caisse d’Epargne.

 

La salle de spectacles de Floirac lancée

 

Autre équipement attendu, mais qui a lui pris du retard, la grande salle de spectacles à Floirac (Rudy Ricciotti): après la signature en avril 2014 du contrat de concession de travaux publics avec le groupe Lagardère et DV construction, les travaux d’aménagement démarrent enfin. Pour une ouverture prévue en 2017. La CUB apporte 49,1 millions d’euros HT au projet financé par le concessionnaire Senso Sas. Même si la métropole y intervient peu financièrement, la rénovation de la grande halle de la gare Saint- Jean (45 millions d’euros), va mettre le secteur gare en chantier jusqu’en 2016. A quelques mois de l’arrivée de la LGV, prévue en 2017. Enfin, les études techniques du futur pont Jean-Jacques Bosc, signé Rem Koolhaas (120 millions d’euros), sont lancées. Mise en service prévue fin 2018. Dans le même temps, la métropole verra cette année la livraison des deux premiers bâtiments rénovés dans le cadre du plan Campus, dont la première tranche de 120 millions de travaux est en cours. Bref, selon le président Alain Juppé «nous investissons beaucoup, la situation financière est bonne, avec 2,6 années de capacité de désendettement. Nous restons sur des bases solides et saines».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X