Transport et infrastructures

A Avignon, le projet de tramway reste sur les rails

Mots clés : Transport collectif urbain

Le Grand Avignon a finalement opté pour la réalisation d’un premier tronçon du tramway sur 6 km, couplé à deux lignes de bus à haute fréquence. Le budget est divisé par deux.

A l’arrêt depuis les élections municipales et communautaires, le projet de tramway du Grand Avignon n’est finalement pas abandonné. Lors de leur dernier conseil communautaire, les élus du Grand Avignon ont voté à une large majorité pour la réalisation de cet équipement mais le projet initial a quand même été sérieusement revu à la baisse. Estimé initialement à 250 millions d’euros HT, le projet qui va voir le jour est ramené à 135 millions HT. Exit le projet de deux lignes totalisant près de 15 km entre Avignon et Le Pontet, jugé hors des capacités de financement actuelles du Grand Avignon. Le projet retenu va combiner un premier tronçon de 6 km entre la porte Saint-Roch et le secteur de Saint-Chamand/Bel Air (chiffré à 117 millions d’euros avec une extension à terme vers l’île Piot) et deux lignes de bus à haute fréquence Le Pontet/Hôpital/Courtine et Agroparc/Saint-Lazare (18 millions d’euros au total). «C’est une solution réaliste qui fait la synthèse de tous les enjeux auxquels nous sommes confrontés: un assèchement de nos ressources financières, des maires hostiles à ce projet mais aussi des engagements importants déjà pris et une volonté de notre territoire d’aller de l’avant et de se doter d’un système de transport collectif, performant et évolutif» souligne le président du Grand Avignon, Jean-Marc Roubaud.

 

Risques financiers d’un abandon

 

Porté depuis 5 ans par l’agglomération, le projet de tramway d’Avignon avait atteint une phase «critique» avant les élections (DUP obtenue, travaux préparatoires lancés, marché du matériel roulant signé) et avec 35 millions d’euros de dépenses déjà engagées, un abandon complet du projet aurait eu des conséquences graves pour la collectivité. Si les élus du Grand Avignon se sont rangés derrière le maintien et la poursuite de l’opération, les clivages d’avant les élections sont restés. Cécile Helle, la maire PS d’Avignon, a voté contre et sa majorité s’est même fissuré sur ce dossier. Résultat: si elle ne va plus faire partie des agglomérations non dotées d’un TCSP, Avignon va avoir la singularité de se lancer dans un projet de tramway qui a fait l’objet d’un vote d’opposition de la part du maire de la ville-centre…

Sur le terrain, si les investissements précédemment engagés ont permis notamment de réaliser le nouveau parking relais de l’île Piot (950 places), plusieurs mois vont être nécessaires pour remettre en route le chantier. «Nous allons devoir demander une DUP modificative, compte tenu des changements apportés au projet. Le projet de centre de maintenance va également devoir être déplacé, à Bel Air. Quant à la commande de rames à Alstom, elle sera aussi revue à la baisse» précise Jean-Marc Roubaud. L’année 2015 devrait être consacrée à ces procédures administratives et les travaux pourraient être lancés à partir de 2016 pour une mise en service fin 2018.

 

Le BTP optimiste

 

Pour le BTP de Vaucluse qui s’était mobilisé pour défendre le tramway, même si l’investissement est pratiquement divisé par deux, le maintien du projet est une très bonne nouvelle. «Même si de nouvelles procédures doivent être engagées, un redémarrage assez rapide de l’opération est possible. Ce choix est en tout cas beaucoup moins pénalisant qu’une remise à plat complète du dossier qui aurait fait perdre trois ou quatre ans. Le plus important est que le projet soit réenclenché et puisse ensuite se développer par phases» analyse Jean-Yves Chemin, le président de la Fédération du BTP de Vaucluse. Cet investissement structurant va également apporter une bouffée d’oxygène aux entreprises locales, particulièrement malmenées par une conjoncture peu porteuse, pour peu que l’allotissement des travaux leur permette de répondre aux appels d’offres. A plus long terme, Jean-Yves Chemin voit même une dynamique d’aménagement vertueuse s’engager sur le territoire. «Le tramway va longer la rocade Charles de Gaulle et désenclaver ce secteur, il va permettre de créer de nouvelles centralités et favoriser à terme un retour vers le centre-ville alors que l’aire avignonnaise souffre d’un étalement urbain chronique.»

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X