Projets

A Avignon, cinq propositions pour transformer l’ancienne prison Sainte-Anne

Mots clés : Établissements pénitentiaires et judiciaires

Cinq groupements de promoteurs-concepteurs ont été retenus par la ville d’Avignon qui a choisi d’exposer leurs propositions avant le choix du jury à l’automne.

Un bâtiment construit pour enfermer des individus mais qu’il faut aujourd’hui réussir à transformer en lieu de vie… A Avignon, la municipalité dirigée par Cécile Helle a repris le dossier de l’ancienne prison Sainte-Anne, au cœur du centre historique, désaffectée depuis 2003, animée par la volonté de l’intégrer dans un projet urbain plus vaste, la redynamisation du quartier de la Banasterie avec de nouvelles circulations et de nouvelles centralités. Après les déboires d’un précédent projet d’implantation d’un hôtel Marriott, un appel à projets international auprès de promoteurs et de concepteurs a été lancé fin 2015 par la nouvelle municipalité et sur les 14 candidatures remises, la ville et son mandataire Citadis, ont retenu cinq propositions. Les candidats en lice sont Histoire et Patrimoine (Cogedim) avec Scau et NDA; BDP Marignan avec AIA Architectes et DE-SO; Eiffage Immobilier avec Jean Michel Wilmotte et Arpege Architecture; LC2I avec Fabre & Speller et Baua Architectes Urbanistes Associés; FLH, France Pierre Patrimoine, CIR avec Philippe Prost.

 

Une reconversion à forte mixité

 

«Nous voulons bâtir un projet pluriel avec des logements, des activités artistiques et culturelles, des commerces de proximité, capable de redynamiser cette partie du centre historique et en suscitant des propositions d’aménagement variées et inventives» souligne la maire d’Avignon, Cécile Helle. Et pour que les habitants s’approprient la démarche et partagent la nouvelle dynamique engagée, la ville, en accord avec les candidats retenus, a décidé d’exposer leurs propositions, avant la décision finale du jury qui interviendra fin septembre. L’exposition baptisée «Transformation prison Sainte-Anne: projets pour une nouvelle vie» se tient du 15 juillet au 24 septembre à la bibliothèque Cecanno, à Avignon.

 

Le bâtiment vendu à l’opérateur

 

Ce lieu d’enfermement ceint de deux remparts, l’un naturel -le Rocher des Doms-, l’autre construit par la main de l’homme s’étend sur 11 000 m2. Il a été construit à la fin du XIXe siècle mais il n’est ni inscrit ni classé. Il fait partie en revanche du plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) du centre historique d’Avignon comme «immeuble à maintenir dont l’amélioration peut être imposée» avec avis de l’ABF sur les transformations menées. La ville a prévu de vendre le bâtiment au lauréat de l’appel à projets qui portera le financement de la restructuration et elle a inscrit dans son cahier des charges, le souhait voir se réaliser une opération comportant des logements intergénérationnels et pour les familles (des T4 et T5 notamment), une friche artistique et culturelle qui lui sera rétrocédée, un espace de co-working, des commerces de proximité et une offre de stationnement. Fruit de la diversité des concepteurs en présence, les projets d’aménagement différent assez nettement pour réussir cette complexe transformation d’une prison en lieu de vie.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X