Culture

A Aix-en-Provence, l’association Devenir interroge l’alternative à la maison individuelle et au logement collectif

Mots clés : Bâtiment d’habitation collectif - Bâtiment d’habitation individuel - Maison individuelle

Un atelier urbain accueillant une quarantaine d’étudiants internationaux va plancher pendant une semaine, du 9 au 16 avril, sur l’habitat de demain.

Depuis 2011, l’association Devenir (80 architectes et urbanistes du Pays d’Aix) organise, chaque année, un atelier urbain interdisciplinaire sur le développement de la ville et de son territoire à l’horizon 2040, auquel participe pendant une semaine une quarantaine d’étudiants internationaux. Un cycle de réflexions qui a notamment été ponctué en 2014, à l’occasion des élections municipales, de la publication d’un «Appel pour Aix 2020», proposant huit objectifs au territoire pour freiner ses évolutions négatives (l’étalement urbain, les difficultés de déplacement, les besoins en logement insatisfaits, etc.) et le placer au centre du développement de la métropole Aix-Marseille-Provence dont l’accouchement a été si difficile.

En attendant la mise en route de celle-ci, Devenir continue de balayer les thématiques de la ville de demain… «Nous allons centrer cette année nos débats et les recherches des étudiants sur un thème architectural, en lien avec l’habitat: quelles alternatives à la maison individuelle et au logement collectif qui chacun ont atteint leurs limites et nécessitent de penser des formes nouvelles, à l’échelle du logement, de l’immeuble, de l’îlot et du quartier ?» explique le président de l’association, l’architecte aixois Jacques Fradin.

 

Des propositions sur deux sites du centre-ville

 

Pendant une semaine entière -du 9 au 16 avril-, à la Fondation Vasarely mais aussi sur deux sites du centre-ville d’Aix-en-Provence (un îlot du bailleur social Famille et Provence, partenaire de l’Atelier urbain, situé dans le quartier d’Encagnane avec une problématique de démolition-reconstruction; une dent creuse urbaine, le long de l’avenue des Belges), des étudiants en architecture français, italiens, allemands et hongrois (1) vont, par petits groupes formés de candidats de différents pays, plancher sur ces problématiques. A l’issue, sont prévues une présentation publique des projets et une délibération du jury qui sera présidé cette année par Cristina Conrad, architecte-urbaniste, représentant l’Ordre national des architectes au Conseil national de l’habitat. Les travaux réalisés par les étudiants seront ensuite exposés en mai-juin.

«Nous voulons par cet atelier ouvrir la réflexion sur un habitat différent, entre l’individuel et le collectif, adapté à l’évolution des modes de vie et des usages et pouvant être une alternative à la densification inéluctable des quartiers et des villes. Cela passe notamment par des espaces mutualisés, des systèmes constructifs réversibles, évolutifs… Décloisonner l’habitat sera le laboratoire de l’architecture et de la construction dans les années futures» ajoute Jacques Fradin.

 

Focus

Tous les détails sur le site de l’association Devenir.

 

(1) Etudiants issus du département d’architecture de l’Université de Palerme (Italie), de l’Université d’architecture de Pécs (Hongrie), du département architecture de l’Université d’Arts de Berlin (Allemagne), de l’Ecole spéciale d’architecture de Paris (France), de l’Ecole supérieure d’architecture de Marseille-Luminy (France).

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X