Projets

A Aix-en-Provence, Cari et Rudy Ricciotti vont réaliser la future salle des musiques actuelles

Mots clés : Manifestations culturelles - Réseau routier - Salles d'audition, de conférences, de réunion, spectacles ou à usages multiples

Non loin de la fondation Vasarely et le long de l’autoroute, un «massif habité» va accueillir des salles de concert et des studios dédiés aux musiques actuelles.

Un long massif minéral irrégulier de 4 200 m² habillé d’une robe ondulante de béton, adossé à un merlon pour se protéger des nuisances sonores de l’autoroute et accueillant sur trois niveaux, deux salles de spectacles, un pôle «artistes», des studios et des bureaux: c’est le projet totalement atypique imaginé par Rudy Ricciotti et Jean-Michel Battesti, associés à Cari Provence (mandataire) pour la future salle de musiques actuelles (Smac) du Pays d’Aix. Ce groupement, dont les bureaux d’études sont Lamoureux et Ricciotti Ingénierie, Grontmij, Thermibel, Scenarchie (scénographe), est lauréat de la consultation en conception-réalisation lancée par la communauté d’agglomération du Pays d’Aix qui a confié la maîtrise d’ouvrage à la SPLA Pays d’Aix Territoires. Cari Midi-Pyrénées et Rudy Ricciotti avaient déjà été associés pour la réalisation du Pavillon Blanc de Colomiers, aux façades habillées d’un long ruban de béton blanc perforé.

 

Comme surgissant de la terre

 

Sur un terrain de 16 000 m² en bordure de l’A8, cet équipement, point de départ de l’urbanisation future de la zone de la Constance, est destiné à accueillir, dans une structure adaptée, de jeunes talents musicaux pour leur permettre d’aller à la rencontre du public, de produire et de promouvoir de nouveaux courants… «Comment concevoir un bâtiment phare depuis l’autoroute, en écho à la Fondation Vasarely proche tout en l’adossant à un merlon acoustique de 6 à 12 m de haut; comment inscrire l’architecture de cette Smac dans un pôle numérique inexistant aujourd’hui et qui comptera à terme 12 000 m² de bureaux ?» s’interroge la note architecturale du projet. La réponse des concepteurs est tout à la fois un volume qui établit un dialogue entre cette Smac et l’environnement naturel de la plaine, un «signal fort» dont «l’enveloppe permet de se défaire de l’orthogonalité fonctionnelle du programme» et «évoque une expression musicale libérée.»

 

Structure mixte béton acier

 

Au plan constructif, ce bâtiment «rocher» sera formé «d’une structure mixte béton et acier, pour les poutres de grande portée de la charpente notamment, habillée d’une couverture multi-peau assurant l’isolation et l’étanchéité» explique-t-on chez Lamoureux et Ricciotti. Sur une vêture en métal déployé, sera ensuite projeté un béton d’aspect minéral. Une double peau qui va permettre de gérer efficacement les échanges thermiques du bâtiment. A l’intérieur, prennent place les deux salles de 1 500 et 400 places debout, séparées par des patios. Dans les niveaux R+1 et R+2 sont installés les loges, les bureaux et les studios de répétition. Deux grandes façades vitrées, dont une de 50 m de long sur le parvis, offre une vue panoramique sur l’extérieur.

Le coût global de ce projet s’élève à 15 millions d’euros et le délai de l’opération est de 29 mois dont 11 mois de conception. Le permis doit être déposé début 2016 pour un début des travaux fin 2016 et une livraison au printemps 2018.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X