Industrie/Négoce

A 75 ans, Velux affiche une santé insolente

Mots clés : Air - Entreprise du BTP - Fenêtre

Le célèbre groupe industriel danois Velux, qui a donné son nom à la fenêtre de toit, fête cette année ses 75 ans d’existence. Ses liens étroits avec la recherche scientifique, ses expérimentations dans le domaine de la qualité de l’air intérieur et la préservation des valeurs du fondateur historique font de cette entreprise philanthrope un « ovni » dans l’industrie du BTP.

En 1941, Villum Kann Rasmussen, un ingénieur danois, imagine un nouveau type de fenêtre qui permet d’aménager nos greniers et nos combles par l’apport d’air frais et de lumière naturelle. Velux est né : « Ve » pour ventilation et « lux » pour lumière. Le succès est immédiat au point que la célèbre marque est lexicalisée : quasiment personne ne parle de « fenêtre de toit » et tout le monde de « Velux ». Demandez à l’allemand Roto, son principal concurrent… « L’objectif était de développer une fenêtre de toit qui, à tous égards, soit aussi efficace que la meilleure fenêtre verticale », précise Jørgen Tang-Jensen, PDG du groupe Velux. 75 ans plus tard, le groupe danois et ses 9 500 salariés affichent une santé insolente. En 2015, Velux a réalisé sa meilleure année.

C’est en tout cas ce que sa direction a affirmé à la presse internationale réunie par le groupe à Copenhague à l’occasion de cet anniversaire. Velux se refuse toutefois à communiquer un bilan chiffré attestant de cette situation. Les résultats du holding VKR – propriétaire notamment du fabricant polonais de fenêtres Dovista, du producteur danois de panneaux solaires Arcon- Sunmark ou du groupe britannique de ventilation Monodraught, mais dont Velux constitue la plus large part – semble tout de même prouver que les choses ne vont pas mal. VKR, lui aussi de nationalité danoise, a en effet réalisé une année record en 2015 avec 2,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires, contre 2,2 milliards en 2014 ; 268,7 millions de bénéfice net, contre 175 millions en 2014 ; et un Ebitda d’environ 500 millions d’euros, contre 403 en 2014. Pour rappel, Velux est implanté dans plus de 40 pays dans le monde, et détient 17 sites de production dans 9 pays.

 

Comprendre grâce aux études

 

Quelle est donc la recette de cette vieille dame de 75 ans pour garder une telle forme ? L’une des explications des bons résultats de l’industriel danois réside dans son appétence pour les études scientifiques. Le groupe n’est pas avare de financements de recherches et d’échanges avec leurs auteurs afin de mieux comprendre son marché et donc mieux produire. Velux a ainsi mené...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X