Energie

69 % des Français ne connaissent pas le compteur Linky

Mots clés : Electricité

Selon une enquête réalisée en décembre par l’institut CSA pour l’Institut national de la consommation (INC) et le Médiateur national de l’énergie, plus des deux tiers des Français (69 %) disent n’avoir jamais entendu parler de Linky, le futur compteur d’électricité qui permettra notamment d’effectuer des relevés à distance, mais se montrent plutôt bienveillants sur son utilité.

D’après ce sondage réalisé auprès d’un échantillon de 1 029 personnes et rendu public lundi 11 février, seulement 31 % des personnes interrogées ont déjà entendu parler de ce compteur en projet depuis plusieurs années. Cette faible notoriété peut s’expliquer par l’éclipse d’un an qu’a subie le projet entre fin 2011 et fin 2012, c’est-à-dire entre l’annonce de son futur déploiement dans toute la France par l’ancien gouvernement Fillon et la décision du nouveau gouvernement de relancer le dossier, entretemps enlisé.

Par ailleurs, malgré les nombreuses critiques qui entourent la gestation de ce projet, les Français estiment que l’installation de ce compteur sera une bonne chose (51 %), qu’elle permettra une meilleure gestion de l’électricité pour l’environnement (61 %) et les aidera à réaliser des économies (51 %). Annoncé en 2011 par l’ex-gouvernement, l’installation de 35 millions de compteurs Linky dans tout le pays devait initialement s’étaler entre 2013 et 2018, au rythme de 7 millions d’appareils par an, avec à la clé 10 000 emplois. Mais le financement – 4,5 milliards d’euros – n’avait pas été bouclé à l’époque, et les négociations entre les collectivités locales et ERDF (filiale d’EDF qui mène le projet) sur cette question avaient tourné court début 2012, jusqu’à ce que la ministre de l’Énergie Delphine Batho se saisisse à nouveau du dossier à l’automne dernier. Des groupes de travail ont été lancés en novembre pour régler les désaccords de diverse nature. Outre le problème du financement, les fonctionnalités du compteur ont été critiquées par des associations qui estiment qu’il ne prend pas assez en compte les besoins des consommateurs. La protection des données personnelles a également suscité certaines craintes.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X