Logement

4 Mds € pour « faire disparaître d’ici dix ans », les passoires thermiques

Dans son Plan climat présenté le 6 juillet, le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot a promis de « faire disparaître » ces sept millions de bâtiments (maisons, immeubles, bâtiments publics) très mal isolés et énergivores.

L’Etat veut faire de la rénovation énergétique une priorité nationale. Devant un parterre de journalistes réunis à Paris jeudi 6 juillet, Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, a précisé les leviers d’action pour éradiquer la précarité énergétique d’ici 10 ans. La France compte environ 7 millions de « passoires thermiques ». Principale mesure : quatre milliards d’euros du plan d’investissement seront dédiés à ces actions. Le Gouvernement s’engage à accompagner tous les propriétaires et occupants en situation de précarité vers des solutions de rénovation et des financements adaptés. « Les premiers audits auront lieu dès début 2018, afin que les travaux puissent être terminés avant l’hiver 2018-2019 », assure le ministère. Par ailleurs, des mesures à la fois incitatives et coercitives seront prises auprès des propriétaires peu enclins à engager à des travaux de rénovation.

 

4 milliards d’euros pour le parc immobilier public

 

Les collectivités territoriales vont également bénéficier d’un plan d’investissement à hauteur de 4 milliards d’euros, ainsi que des solutions de tiers-financement. L’Etat va consacrer une partie de l’enveloppe à la rénovation de son parc, notamment les cités administratives pour atteindre le niveau d’exigence de -25% de consommation énergétique. L’autre moitié de l’enveloppe sera utilisée pour rénover les autres bâtiments publics : écoles, universités, hôpitaux, dont la facture énergétique pèse lourdement sur les charges publiques.

 

Un pilotage des actions publiques renforcé

 

Malgré les nombreux leviers d’incitation fiscale à la rénovation thermique (CITE, éco-PTZ, certificats d’économies d’énergie…), le résultat n’est pas à la hauteur, a admis le ministre de la Transition écologique. Une feuille de route publiée en septembre va émettre un certain nombre de propositions sur « une gouvernance et un pilotage renforcés et coordonnés des actions publiques en matière de rénovation énergétique ».

Un moyen d’éviter la dispersion des priorités et des objectifs actuels.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X