Etat et collectivités

3 millions pour reloger les sinistrés du Nord

Cette aide servira à loger dans des mobile homes les sinistrés de la tornade. Les organisations professionnelles de l’artisanat du bâtiment sont mobilisées.

Cinq jours après la violente tornade qui a frappé le département du Nord dans la nuit du dimanche 3 au lundi 4 août, endommageant un millier de logements à des degrés divers à Maubeuge, Boussières-sur-Sambre et Neuf-Mesnil et surtout Hautmont (qui déplore en plus trois morts et 18 blessés), la ministre du Logement et de la Ville Christine Boutin a annoncé une aide de trois millions d’euros pour loger les sinistrés dans des mobile homes. Ces mobile homes seront achetés ou réquisitionnés dans des délais « très rapides », a déclaré Mme Boutin devant la presse à Hautmont, après avoir visité les zones dévastées avec la secrétaire d’Etat chargée de la Solidarité, Valérie Létard.

« Solution de dernier recours »
En attendant la reconstruction de leur habitation ou leur installation dans un nouveau logement, les sinistrés vont être hébergés dans des HLM, des immeubles vidés dans le cadre du programme de rénovation urbaine ainsi que dans des appartements du secteur privé. Pour le maire de Hautmont Joël Wilmotte, les mobile homes sont une « solution de dernier recours ». « Mais, a-t-il ajouté, pour les personnes qui disposent d’un terrain et qui veulent surveiller leur maison, ce sera une solution ». Des CRS continuaient vendredi de protéger le quartier dévasté. Les mobile homes pourront également accueillir ultérieurement ceux qui se sont installés provisoirement chez des proches ou des amis, a-t-on précisé dans l’entourage de la ministre. « Je pense que je vais demander une trentaine » de mobile homes, a indiqué à l’AFP le maire (PS) de Maubeuge Rémy Pauvros.


Remise de taxes aide d’urgence et aide alimentaire
Mme Boutin a par ailleurs détaillé plusieurs mesures destinées à venir en aide aux sinistrés : remise gracieuse de taxes d’habitation et foncière, activation du Fonds d’aide au relogement d’urgence (FARU), possibilité de réquisitionner l’armée pour retirer les gravats et suivi particulier des commissions de surendettement pour les plus modestes. Une première aide d’urgence de 300.000 euros avait été annoncée lundi par la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie. Cette aide de 150 euros par adulte et 75 euros par enfant pouvait être retirée vendredi dans les perceptions.
Vendredi à Hautmont, la commune la plus touchée par la tornade, les bulldozers continuaient de déblayer les gravats tandis que des agents EDF rétablissaient les dernières lignes coupées ou endommagées. Les bénévoles de la Croix-Rouge et du Secours populaire distribuaient denrées alimentaires et produits d’hygiène aux sinistrés qui, privés de leurs voitures ou de leurs moyens de paiement, ne sont pas en mesure de s’approvisionner. « Les besoins alimentaires et en vêtements sont couverts », a assuré le maire de Hautmont Joël Wilmotte. Il a lancé un appel « aux professionnels et aux particuliers » pour combler les « besoins en équipements de la maison, en meubles et électroménager ».

Les organisations professionnelles de l’artisanat mobilisées
Une première réponse à cette demande est venue du secrétaire d’Etat chargé des PME, Hervé Novelli qui a décidé de mobiliser les organisations professionnelles de l’artisanat pour organiser les travaux dans les communes touchées par la tempête. M. Novelli a contacté les présidents de l’UPA (Union professionnelle artisanale), de la CAPEB (Confédération de l’Artisanat et des petites Entreprises du Bâtiment), de la FFB (Fédération Française du Bâtiment) et de l’APCM (Assemblée permanente des chambres des métiers) avec qui il souhaite « coordonner les professionnels artisans les mieux à même de répondre aux besoins de travaux et de réparations nécessaires en raison des dégâts matériels subis ».

Adrien Pouthier avec AFP

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X