Emploi / Formation

246 000 emplois déjà au cœur de l’économie verte en Ile-de-France

Mots clés : Démarche environnementale - Etat et collectivités locales - Monde du Travail - Situation économique

L’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France (IAU îdF) publie lundi 20 juillet une étude en trois volets sur les emplois de la transition écologique. Le deuxième volet sur les emplois de l’économie verte en Île-de-France, réalisé avec le soutien de la Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie (DRIEE), propose une analyse qui combine à la fois une approche par secteur d’activité et par profession. Présentation.

Le concept d’« économie verte » est assez récent. Il est donc difficile d’en appréhender finement les contours avec les nomenclatures statistiques actuelles. Ainsi, le terme recouvre l’ensemble des activités économiques qui agissent en faveur de l’environnement : les éco-activités (protection de l’environnement, gestion des ressources et les secteurs de la recherche et de l’ingénierie associés) et les activité périphériques (métiers de la construction dédiés à la performance énergétique, gestion des espaces verts, transports).

Pris globalement, les secteurs d’activité verts emploient, en Ile-de-France, 880.600 personnes. Mais l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France (IAU IdF) a cherché à savoir précisément combien d’emplois dans ces secteurs avaient précisément une visée environnementale.

Il a donc mesuré la part des métiers « verts » – qui contribuent à mesurer, prévenir, limiter ou corriger les dommages sur l’environnement – et celle des métiers « verdissants » – des métiers qui intègrent de nouvelles « briques de compétences » pour prendre en compte la dimension environnementale dans leurs métiers respectifs.

Avec cette approche combinée par secteurs et professions l’IAU a calculé que l’économie verte, comptait 246.000 professionnels verts et verdissants travaillant au sein des secteurs d’activité verts, soit 4,5% de l’économie régionale.

Parmi les professionnels « verdissants » qui représentent 30 % des emplois, 43 % sont des professionnels de la construction, 27 % des professionnels de la gestion des espaces verts, 19 % des professionnels du transport (dont des entreprises de TP) et 11 % des professionnels de la gestion de l’eau.

 

 

108.000 emplois supplémentaires à l’horizon 2020

 

La dynamique de développement vers une économie verte devrait se poursuivre, portée par la diffusion progressive des innovations, par la réglementation sur les produits et procédés de fabrication, et appuyée par les politiques environnementales à l’œuvre à l’échelle régionalek, conclut l’IAU IdF : le plan de rénovation énergétique de l’habitat (Preh), le schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie (SRCAE) et le schéma directeur régional d’Ile-de-France (Sdrif) ont fixé des objectifs qui devraient stimuler l’innovation et l’activité dans les transports, la production d’énergie et l’efficacité énergétique. Le plan d’investissement associé au projet du Grand Paris devrait tenir compte des objectifs et des normes environnementales en vigueur, et présenter un levier de développement important pour ces secteurs. Selon les fédérations professionnelles  (FFB, Capeb et FNTP), ces investissements publics pourraient générer 108.000 emplois (équivalents temps plein/ETP) supplémentaires à l’horizon 2020.

 

 

Consulter l’Etude

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X