Industrie/Négoce

2009, une mauvaise année pour le solaire thermique

A quelques jours de l’ouverture d’Interclima, l’euphorie retombe sur le marché français du solaire thermique, qui enregistre en 2009 une baisse de 15 % par rapport à l’année 2008. Du jamais-vu depuis 10 ans !

Après 10 ans sans nuages, le marché du solaire thermique en France métropolitaine enregistre une baisse de 15 % par rapport à l’année 2008. Et la progression du collectif, +19%, n’aura pas suffi à compenser ce revers. Pour Enerplan, l’association professionnelle de l’énergie solaire, qui vient d’annoncer ces résultats, la baisse dans le secteur résidentiel est significative : supérieure à 14 % pour le chauffe-eau solaire, et de 56 % pour les systèmes solaires combinés. « Que le marché métropolitain régresse sous la barre des 265 000 m² en 2009 est un signe inquiétant, alors que l’objectif de marché annuel de la Programmation Pluriannuelle d’Investissement dans la chaleur renouvelable, vise près d’1 million de m² installé par an en 2012 », souligne le représentant de la filière solaire ».

Le collectif mieux que le résidentiel

Selon les statistiques fournis par les adhérents d’Enerplan, la baisse de 15% du marché solaire thermique métropolitain se traduit par moins de 36 000 CESI – Chauffe-Eau Solaire Individuel (contre 42 000 en 2008) et moins de 2 500 SSC – Systèmes Solaires Combinés (contre 5 800 en 2008) installés.
Les installations d’eau chaude solaire collectives enregistrent quant à elles, une croissance de 19 %. En 2009, ce sont 68 000 m² d’installations d’eau solaire collective qui ont été installés (contre 56 000 m² en 2008). Ainsi, le marché solaire thermique 2008 de France métropolitaine s’élèverait à 265 000 m² (313 000 m² en 2008), soit 185,5 MWth installés.

L’Eco-PTZ : sans effet sur le chauffage solaire

Enerplan reconnaît que si la filière du solaire thermique attendait beaucoup de l’Eco-PTZ, ce dernier, qui a légèrement dopé le marché du chauffe-eau solaire, est resté sans effet pour le chauffage solaire. Au rang des raisons qui ont contribué à ce recul : la crise économique, le recul du prix des énergies fossiles, la montée en puissance de l’électricité solaire, la concurrence des offres thermodynamiques.
Le seul à tirer son épingle du jeu est le solaire thermique collectif, soutenu par le fonds chaleur et les conseils régionaux. « L’initiative « So Col » pour accélérer la généralisation de l’eau chaude solaire collective, devra perdurer bien au-delà de 2010, pour véritablement changer de braquet d’ici 2012 », affirme Enerplan.

Ne pas baisser les bras

Cependant cette crise ne doit pas être un alibi pour freiner l’innovation ou toute action qui favoriserait le marché. La profession a donc décidé de se mobiliser pour tenter de renverser la tendance en 2010. Les industriels et distributeurs inscrits dans la marque collective « Ô Solaire », avec la participation des installateurs Qualisol et le soutien de l’Ademe, vont lancer une campagne de communication au printemps. « Il est urgent pour le secteur que la chaleur solaire s’inscrive dans des décisions d’investissement, dans le neuf comme dans l’existant. La chaleur solaire est importante, autant pour lutter contre l’inflation énergétique, que pour lutter contre l’effet de serre et participer à l’indépendance énergétique du pays », conclut Enerplan.

 

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X