Immobilier

« 18 000 logements neufs risquent de ne pas être construits chaque année », Patrick Vandromme, président de LCA-FFB et de Maisons France Confort

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Financement du logement - Gouvernement - Politique du logement

Le président de LCA-FFB estime que la suppression de l’APL Accession et la baisse de la quotité du prêt à taux zéro à 20% met en danger la construction de 18 000 habitations. La fédération, qui s’est montrée pugnace dans les négociations avec le gouvernement, fait le plein d’adhérents.

Quel serait l’impact de la suppression de l’APL accession sur le marché de la construction ?

Patrick Vandromme : Si l’APL accession était supprimée, nous estimons que 25 000 accédants à la propriété n’obtiendraient pas de financements pour acquérir un logement dans l’ancien ou le neuf. Sur ces 25 000 ménages, 8 000 se seraient tournés vers le neuf. L’impact sur le marché se fera ressentir très vite puisque dès le 1er décembre, les banques ne prendront plus en compte l’APL accession dans les plans de financement.

 

Pourquoi ne pas avoir sensibilisé le gouvernement plus tôt ?

P.V. : Lorsque la stratégie logement a été dévoilée, la suppression de l’APL Accession ne figurait nulle part. Nous sommes partis du principe qu’elle était maintenue. Nous avons rencontré de nombreux députés, et un amendement devrait être déposé au projet de loi de finances pour 2018 pour la rétablir. Je croise les doigts pour qu’il soit voté afin que l’APL accession ne soit pas supprimée au 1er janvier 2018.

 

Le prêt à taux zéro (PTZ) sera prorogé dans les zones B2 pour 2 ans, avec une quotité de 20% (contre 40% aujourd’hui). Avez-vous évalué l’impact d’un tel changement sur le marché ?

P.V. : La révision de la quotité devrait faire chuter significativement le nombre d’ouverture de chantier. Quand le gouvernement souhaitait supprimer totalement le PTZ, nous estimions que 40 000 à 50 000 logements neufs ne seraient plus vendus, et donc plus mis en chantier. Avec la prorogation et le changement de quotité, 10 000 prises de commandes seront supprimées. Au total, en cumulant les effets de suppression de l’APL accession, ce sont 18 000 logements neufs qui ne seront pas construits.

 

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X