Vie de l'entreprise

15 règles d’or pour mieux payer ses fournisseurs

La médiation des entreprises a mis en ligne un document permettant aux sociétés qui le souhaitent de mieux payer leurs fournisseurs.

La médiation des entreprises vient de publier un document listant 15 recommandations à destination des sociétés ou organisations souhaitant payer leurs fournisseurs conformément à la loi, c’est-à-dire sans retards. Ces bonnes pratiques sont le résultat des travaux d’un groupe de travail animé par la médiation et constitué d’acteurs signataires de la charte « relations fournisseurs responsables » (comme la Caisse des dépôts, EDF, le ministère de la Défense, Schneider electric, l’Union des groupements d’achats publics…).

Pour quelles raisons faire cet effort de mieux payer ses fournisseurs ? « Force est de constater que réduire les délais de paiement, c’est aussi renforcer la relation entre le donneur d’ordre et son fournisseur, peut-on lire dans le rapport de la médiation. Un fournisseur qui n’a pas de difficulté de trésorerie peut se consacrer à son cœur de métier et prendre le temps pour innover. Le donneur d’ordre a tout à y gagner. »

 

S’entendre au préalable sur les éléments qui doivent figurer sur les factures

 

Le groupe de travail propose notamment un projet de facture type, qui permettrait de diminuer les délais de traitement des factures. Ses membres estiment qu’il est nécessaire, « pour le client comme pour le fournisseur, de bien s’entendre sur les éléments qui doivent impérativement figurer sur les factures afin d’en faciliter le traitement et d’éviter les éventuels retards de règlement ».

Autre piste évoquée, bien entendu, celle de la dématérialisation des paiements. A la condition, toutefois, « que les parties prenantes, clients, fournisseurs et éditeurs, travaillent ensemble pour tendre vers des solutions mutualisées ou interopérables qui garantiraient aux entreprises, et notamment aux PME, une simplification en leur proposant un point d’accès unique évitant une organisation administrative complexe et chronophage ».

Enfin, une autre voie est celle de « réduire le nombre de signataires sur la chaîne de validation » de facture. « Les contrôles peuvent être, dans certaines organisations, relativement nombreux. Ces opérations, souvent manuelles, prennent du temps et mobilisent plusieurs collaborateurs tout au long du processus », écrivent les membres du groupe de travail.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X