Environnement

10 axes pour développer l’emploi dans les filières lin et chanvre

Mots clés : Monde du Travail - Produits et matériaux

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a adopté, mardi 10 novembre, un avis sur « les filières lin et chanvre au cœur des enjeux des matériaux biosourcés émergents ». Objectif : favoriser l’utilisation de ces fibres végétales dans diverses filières, notamment dans l’habitat et la construction.

« Les filières lin et chanvre au cœur des enjeux des matériaux biosourcés émergents » : c’est l’avis que le Cese a adopté ce mardi 10 novembre. L’aboutissement de plus de trois ans de travail, le projet ayant démarré en juin 2012. S’il concernait à l’origine l’ensemble des matériaux biosourcés, il a été recentré sur le lin et le chanvre, deux plantes dont la culture est très développée dans l’Hexagone. La France est en effet le premier producteur mondial de lin avec 50 000 à 75 000 hectares cultivés selon les années, et le premier producteur européen de chanvre avec 8 000 à 10 000 hectares mis en culture par an.

L’avis, préparé par la rapporteure Catherine Chabaud, formule un ensemble de préconisations concrètes tendant à favoriser l’utilisation de ces matériaux, autant dans les filières de l’habitat et de la construction que dans celles de l’automobile, l’aéronautique, le nautisme ou les équipements de sports et de loisirs. Les propositions, destinées à lever les freins au développement de nouvelles applications de ces matériaux biosourcés, sont organisées selon 10 axes.

 

Formation

 

L’adaptation des formations constitue la première priorité. Le Cese souhaite que les formations soient mises en adéquation avec le potentiel d’activités et que les métiers de la mise en œuvre, des architectes aux artisans, puissent en bénéficier. Les besoins en métiers des filières de production et de transformation doivent être mieux pris en compte.

 

Cycle de vie

 

L’outil de décision que représente l’analyse du cycle de vie (ACV) doit être développé et complété. Le Cese demande notamment aux acteurs de la filière, en particulier les entreprises, de diffuser les résultats de leurs ACV réalisées, dans un souci de transparence et d’objectivité.

 

Démarche environnementale

 

Le Cese souhaite privilégier les fibres produites sur le territoire national, favoriser la proximité entre lieux de transformation et de production, renforcer les recherches sur les composites totalement biosourcés, la recyclabilité du matériau et étudier les conditions de prise en charge des produits par les filières existantes de tri, recyclage ou valorisation.

 

Réglementation

 

Le Cese demande que la spécificité des bétons et isolants biosourcés soit mieux prise en compte dans les nouvelles réglementations et qu’un effort de normalisation et d’élaboration de documents techniques de la part des professionnels soit fait, de façon à orienter la R&D.

 

Stratégie

 

Le Conseil appelle à construire une stratégie nationale composée d’actions publiques en cohérence avec la loi sur la transition énergétique. Il souscrit à la proposition de l’Ademe de mettre en place une feuille de route nationale concertée pour mieux articuler les actions.

 

Démarche structurante

 

Le Cese propose la création d’une plateforme de coordination nationale pour réunir tous les acteurs impliqués afin de créer des synergies.

 

Production

 

Le Conseil préconise la création par les agriculteurs et les industriels du secteur d’un fonds de péréquation interprofessionnel, qui serait alimenté ou ponctionné en fonction des variations de cours, de façon à stabiliser la production, les prix et les revenus des fibres végétales.

 

Etudes

 

Le Conseil recommande que les acteurs publics et privés de la filière réalisent des études sur les variations des propriétés mécaniques des fibres entrant dans la composition des matériaux composites.

 

Débouchés

 

Le Cese recommande de mettre au point de nouveaux matériaux intégrant des fibres longues et de communiquer fortement autour des produits sophistiqués d’avant-garde mis au point par la filière.

 

Redéploiement

 

Le Cese appelle à la réalisation d’une étude de faisabilité sur un redéploiement des activités de seconde transformation (filage, tissage, réalisation de produits techniques…) en Europe et en particulier en France, en raison de la place du pays dans la production primaire.

Pour la rapporteure Catherine Chabaud, « les pertinences techniques et environnementales du lin et du chanvre que l’on redécouvre aujourd’hui constituent un véritable défi pour la France. Reprendre la main sur les premières transformations et développer des filières matériaux créera des débouchés sur le territoire national, permettant ainsi de rapatrier la valeur ajoutée et de relocaliser des emplois »

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Le béton de chanvre notre allié pour construire

    Merci au CESA pour ce rapport. Construire en Chanvre organise de nouvelles formations, notre seul but est de sécuriser l’acte de construire avec ce matériau des plus vertueux. Nous sommes dans une filière qui a la particularité d’être sur de nombreux produits innovants( plasturgie, alimentation, médication, ….). Le chanvre est vraisemblablement la filière la plus intéressante pour la transition énergétique. Jean-Marc Naumovic Président de Construire en Chanvre
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X