Indices-Index

INDICES-INDEX – COMMENT ACTUALISER OU REVISER LES PRIX D’UN MARCHE ?

Guide pratique

PREMIERE PARTIE : QUELQUES PRINCIPES DE BASE

I – Un peu d’Histoire

Les clauses de révision automatique de l’ensemble des marchés publics ont été généralisées en
1938, en vue de restreindre le nombre de litiges provoqués par le développement de l’inflation.
C’est en 1949 (Arrêté 20 189 du 4 février 1949) qu’apparaît la spécificité, par rapport aux autres
marchés, du régime de révision des prix des marchés de bâtiment et de Travaux publics.

Après utilisation de formules diverses, une première série d’Index Nationaux BT et TP est installée en
1967. Elle laisse la place à d’autres séries successivement en 1974, 1975, laquelle est modernisée en
Avril 1992, puis restructurée en 1999.

II – Quelques définitions

Les index (de Branche ) :

Un Index est un nombre abstrait, dont l’évolution dans le temps se doit de représenter l’évolution des coûts du type d’ouvrage auquel se réfère cet index. Dans la pratique, on distingue principalement les Index BT et les index TP, mais ce ne sont pas les seuls. Certaines branches particulières de la construction ont analysé les structures de coûts de leurs ouvrages pour élaborer des index particuliers (Voies ferrées, travaux de lignes électriques, etc.)

Chaque Index est ainsi composé d’une somme d’indices élémentaires, qui sont les indices de prix des facteurs de production de l’ouvrage, chacun d’entre eux étant pondéré par un coefficient représentant en % de la somme totale, l’importance du coût du facteur de production considéré, dans le coût global de construction de l’ouvrage.
Les indices (de Prix) :

Un indice est, lui également, un nombre abstrait dont l’évolution dans le temps représente l’évolution du prix d’un produit ou d’un facteur de coût particulier. (Salaires et charges, matériel, ciment, etc.).
La révision (des prix du marché) :

La révision correspond au calcul, mois par mois ou acompte par acompte, de la dérive de valeur de chaque acompte par rapport à son estimation, faite par application des prix initiaux du marché.

Pour des motifs qui relèvent de la tradition historique, l’application de la révision n’est pas totale : une partie, dite « fixe », du prix initial reste invariante. Réglementairement, son importance est aujourd’hui de 12,5%, mais en pratique de très nombreux marchés appliquent une partie fixe de 15%.
L’actualisation (d’un marché) :

L’actualisation est une méthode de calcul permettant de revaloriser globalement la valeur des prix d’un marché, lorsque s’écoule un délai anormalement long entre une estimation de prix et le commencement des travaux.

Cette actualisation n’a lieu, en principe, qu’une seule fois avant le début de l’exécution des travaux. Dans ce cas, la réglementation des marchés publics prévoit que l’actualisation doit se faire avec un décalage de lecture des Index de 3 mois avant la date de l’actualisation, et sans introduction d’une partie fixe dans le calcul.

Mais un calcul « d’actualisation » peut également s’employer dans d’autres cas, par exemple lorsqu’il est nécessaire d’évaluer l’incidence financière d’un décalage d’exécution des travaux dans le temps. On ne peut pas alors parler « d’actualisation » au sens réglementaire du mot, mais le procédé de calcul est le même. Selon les circonstances, il peut s’appliquer avec ou sans décalage de lecture des Index.

III – Composition, calcul des Index, application :

Composition :

La structure de chacun des Index devant représenter la structure des coûts de l’ouvrage à construire, la composition de chaque index « de branche » est analysée pour correspondre globalement à la structure de prix des ouvrages de cette branche.
Seul, l’index TP01 ne correspond à aucune branche spécifique, puisque sa composition correspond à la structure statistique globale de l’ensemble de la Profession des Travaux Publics. Il ne peut donc en aucun cas être utilisé pour la variation des prix d’un marché, puisqu’il est impossible de rencontrer un marché qui regrouperait toutes les activités des Travaux Publics : Souterrains, Travaux à la mer, Terrassements, Ouvrages d’Art, Canalisations, Electricité, Routes, Charpente métallique etc.

Il en est pratiquement de même pour l’index BT01 qui est réservé à la variation des prix des marchés
de construction individuelle.

Tous les Index, comme tous les coûts d’ouvrages, sont constitués à partir des catégories suivantes
d’indices :

* Salaires et Charges
* Matériel
* Matériaux (spécifiques à chaque activité)
* Energies
* Transports
* Frais divers (valorisant les frais généraux des sociétés de la branche)

Calcul des index :

Les Index sont calculés « en chaîne » mois par mois, c’est-à-dire que l’évolution de leurs valeurs
correspond à celle d’une suite de formules paramétriques qui seraient appliquées à des marchés
successifs dont la durée unitaire serait de UN MOIS.
Application :

L’utilisation des Index dans un marché, n’est fiable que si les évolutions respectives des différents
paramètres qui composent l’index, restent homogènes entre elles. En effet, ce n’est que dans ce cas,
que la somme des variations des indices qui composent l’index reste, dans le temps, applicable à la
structure initiale de l’index, qui, par principe, est celle des coûts du marché.
Le choix d’un Index pour calculer les évolutions économiques d’un marché, plutôt que de recourir à
une formule paramétrique, est alors judicieux.

Il en est autrement lorsque les variations des différents indices élémentaires sont contrastées et
notamment varient en sens contraire les uns des autres. Dans ce cas, en effet, les calculs en chaîne
de l’index peuvent, dans le temps, en modifier la composition globale.

Exemple :

Si nous avons un coût initial dont la composition est la suivante :


P0 = 0,38 S (alaires) + 0,34 A (ciers) + 0,28 D (ivers).
Si : S reste fixe,
A Augmente de 15%,
D Diminue de 4%,
On a une évolution égale à :
P1 = 0,38 x 1 + 0,34 x 1,15 + 0,28 x 0,96.
Soit une structure de P1 = 0,38 S + 0,39 A + 0,27 D
Conclusion : la structure de P1 n’est plus la même que celle de P0 et de ce fait, la formule de
variation initiale pour le marché en cours, n’est plus applicable puisque la structure de l’index ne
correspond plus à la structure de ses coûts.
Ce motif conduit certains rédacteurs de marchés à préférer l’utilisation d’une formule
paramétrique.

IV – Les formules paramétriques.

C’est la solution la plus fiable pour calculer correctement la dérive des prix d’un marché, à la
condition, bien sûr, que la structure de la formule soit bien représentative de la structure des coûts du
marché auquel elle s’applique.
Cette adaptation est d’autant plus facile à obtenir que rien n’est figé au départ et que l’on peut choisir
non seulement les indices appropriés, mais encore leur « poids » respectifs dans la formule.
La structure de la formule paramétrique reste identique tout au long du déroulement du marché,
quelles que contrastées puissent être les variations des indices. En effet, chaque mois, la valeur de la
formule du mois est rapportée à la valeur initiale de la même formule, ce qui évite les possibilités de
distorsions progressives que risquent de présenter les Index.
Cette solution de la formule paramétrique doit en général être préférée lorsque le délai d’exécution du
marché est particulièrement long, ou lorsque la situation économique fait craindre des retournements
brusques de conjoncture.

DEUXIEME PARTIE : MISE EN APPLICATION

I – Comment faire varier les prix d’un Marché ?

Le choix de la forme de prix retenue pour un marché relève, dans la presque totalité des cas, de
l’initiative du Maître de l’ouvrage ou de son Maître d’oeuvre, lors de la rédaction du contrat, c’est-à-dire
avant consultation.
Pour les marchés publics, l’Article 17 du Code des marchés publics, après avoir indiqué qu’un marché
peut être « conclu à prix définitif », stipule:
« Un marché est conclu à prix ferme dans le cas où cette forme de prix n’est pas de nature à exposer
à des aléas majeurs le titulaire ou la personne publique contractante du fait de l’évolution
raisonnablement prévisible des conditions économiques pendant la période d’exécution des
prestations. Le prix ferme est actualisable dans des conditions fixées par décret. »
« Un marché est dit à prix ajustable ou révisable lorsque le prix peut être modifié pour tenir compte
des variations économiques dans des conditions fixées par le décret mentionné à l’alinéa précédent.
Lorsqu’un marché comporte une clause de variation de prix, il fixe la périodicité de mise en oeuvre de
cette clause. »
Le décret visé ici dans le nouveau Code de janvier 2004 est toujours le décret n° 2001-738 du 23 août
2001 qui reste en vigueur.
Ce décret prévoit les conditions suivantes pour la prise en compte des variations économiques d’un
marché:


« Art. 1er. – Lorsqu’un marché est conclu à prix ferme pour des fournitures ou services autres que
courants ou pour des travaux, il doit prévoir :
- que ce prix sera actualisé si un délai supérieur à trois mois s’écoule entre la date d’établissement
du prix figurant dans le marché et la date d’effet de l’acte portant commencement d’exécution
des prestations ;
- que l’actualisation se fera aux conditions économiques correspondant à une date antérieure de
trois mois à la date d’effet de l’acte portant commencement d’exécution des prestations ;
- les modalités de cette actualisation.
Lorsqu’un marché est conclu à prix ferme pour des fournitures ou services courants, son prix peut
être actualisé selon des règles identiques à celles mentionnées ci-dessus.
Le prix ainsi actualisé reste ferme pendant toute la période d’exécution des prestations et constitue le
prix de règlement.
Pour l’application de ces dispositions, sont réputés être des fournitures ou services courants ceux
pour lesquels la personne publique n’impose pas des spécifications techniques qui lui soient propres.

Art. 2. – Un marché est conclu à prix ajustable lorsqu’il prévoit que le prix de règlement est calculé à
partir d’une référence figurant dans le marché et qui doit être représentative de l’évolution du prix de
la prestation elle-même.
Pour des fournitures ou services courants tels que définis au dernier alinéa de l’article précédent,
lorsqu’un marché n’est pas conclu à prix ferme, il doit être conclu à prix ajustable si une référence
d’ajustement peut être choisie.
Le marché doit spécifier :
- la date d’établissement du prix initial ;
- les modalités de l’ajustement.


Art. 3. – Un marché est conclu à prix révisable lorsqu’il prévoit que le prix de règlement est calculé par
application au prix initial figurant dans le marché d’une formule représentative de l’évolution du coût de
la prestation.
La formule de révision doit représenter conventionnellement les éléments du coût de la prestation
concernée et doit inclure un terme fixe dont la valeur minimale est de 12,5 % du prix initial.
Le marché doit spécifier :
- la date d’établissement du prix initial ;
- les modalités de la révision. »
Pour les marchés privés, il n’existe aucune règle obligatoire de ce genre. C’est la liberté contractuelle,
comme le prévoit l’article 1134 du Code civil « Les conventions légalement formées tiennent lieu de loi
à ceux qui les ont faites. Elles ne peuvent être révoquées que de leur consentement mutuel, ou pour
les causes que la loi autorise. »
Toutefois, pour les contrats de construction de maison individuelle et de vente d’immeuble à
construire, la loi du 19 décembre 1990 fixe qu’ « au cas où le contrat (…) prévoit la révision du prix,
celle-ci ne peut être calculée qu’en fonction de la variation d’un indice national du bâtiment tous corps
d’état mesurant l’évolution du coût des facteurs de production dans le bâtiment, ».
C’est ainsi que le BT01 dans la pratique, est presque exclusivement utilisé pour les marchés de
construction individuelle.
Par ailleurs, pour les marchés de travaux de bâtiment, la norme Afnor NF P 03-001 Marchés privés,
prévoit que « les pièces contractuelles indiquent la formule de variation de prix, les paramètres de
référence et leur valeur initiale. »
En tout état de cause, en matière de marchés publics et privés, que le marché soit ferme actualisable,
ajustable ou révisable, il doit comporter une clause figurant, par exemple, au Cahier des Clauses
Administratives Particulières (CCAP) du contrat, qui définisse les modalités pratiques permettant de
répondre contractuellement à la forme de prix choisie. (formule, choix et référence des paramètres,
etc.).
Cette clause, dénommée « clause de variation des prix » répond à la commune intention des parties
de confier à cette clause le soin de quantifier forfaitairement, mais correctement, les modifications
économiques de prix ou de valeur qui peuvent survenir dans le temps et qui concernent
particulièrement le marché conclu. (Ex : délai d’attente de la commande, délais de report des travaux,
délai d’exécution etc.) Les variations prises en compte concernent les différents éléments de coût qui
composent le prix de revient des prestations (main d’oeuvre, matériel, matériaux, énergie, transports,
frais divers, etc.), ou parfois de certains d’entre eux seulement.

La valeur de la variation de prix s’exprime sous la forme d’un coefficient résultant de la formule prévue
au marché. Selon les cas, c’est le coefficient d’actualisation du marché ou le coefficient de révision
mensuel des travaux.

Actualisation :

L’actualisation appliquée de manière réglementaire, consiste à remplacer le prix ferme d’un marché
(prix Po) par un autre prix ferme (prix P’o), calculé par exemple par rapport des valeurs des Index,
sans application de partie fixe si le marché prévoit de prendre un Index comme moyen de révision.
Ceci signifie que l’actualisation est unique pour un marché donné et que le coefficient d’actualisation
ne s’applique qu’une seule fois sur le prix total du marché. (Y compris les montants des tranches
conditionnelles éventuelles, quelles que soient les dates de leur affermissement.)
Par ailleurs, cette clause n’est pas automatique. Son déclenchement ne s’effectue que si un certain
délai (plus de trois mois) s’écoule entre le mois d’établissement des prix (mois zéro) et la date d’effet
de l’ordre de service portant commencement d’exécution des prestations.
Ainsi, tous les marchés à prix fermes, qui sont en principe actualisables, ne sont pas nécessairement
actualisés.

Révision :

La révision a pour objet de revaloriser périodiquement (mensuellement, en général) le montant des
prestations exécutées pendant la période, exprimé en valeur de base du marché (valeur initiale).
Cette clause est automatique et joue pendant toute la durée d’exécution du marché.
En marchés publics, si les travaux ne sont pas achevés à l’expiration du délai contractuel,
l’actualisation du marché est acquise, et la variation des prix se poursuit. (Art. 10.44 du CCAG)
La norme NFP 03 001 qui constitue le CCAG le plus employé en matière de marchés privés, stipule,
au contraire, qu’un coefficient de révision ne peut excéder celui atteint à l’expiration du délai
contractuel( cf. Art. 9.4.3 de la Norme)

II – Le choix de la formule de variation

Selon qu’il sera décidé que le marché comportera une formule se référant soit à des paramètres
composites (comme les index), soit à des paramètres élémentaires (comme les indices, les
coefficients de charges salariales ou les prix), il sera nécessaire, pour déterminer la formule à retenir,
de procéder à une décomposition financière « technique » du montant initial du marché, que celui-ci soit
forfaitaire, composé de forfaits partiels, ou bien rémunéré par prix unitaires.
En aucun cas, on ne saurait recourir à un index en se limitant à un rapprochement littéraire entre
l’intitulé de l’Index et la dénomination de l’ouvrage à construire. Il est également proscrit par les
circulaires d’utiliser un Index global comme le TP 01 ou le BT 01, sous le prétexte que le marché
comprend des ouvrages de différentes natures.
En particulier, le communiqué publié au BOCCRF du 3 juin 1999 (Page 318) précise :
« En cas de marchés regroupant plusieurs spécialités, il convient d’actualiser ou de réviser avec des
Index différents les parties d’ouvrages relevant de techniques différente ; si un contrat réunit des
travaux importants de terrassements, bâtiment, ponts mixtes acier béton, il convient de grouper les
prix par technique et appliquer des Index différents suivant qu’il s’agit de prix de terrassement, de
spécialités de bâtiment, de béton armé ou d’ossature métallique.
Pour certains travaux, il est possible également qu’aucun Index ne convienne. Ceci peut se produire si
aucune structure d’Index n’est adaptée à l’ouvrage à construire ou si l’Index de référence ne comporte
pas l’indice correspondant au matériel utilisé. Il convient alors que le Maître de l’Ouvrage retienne une
formule paramétrique d’actualisation ou de révision qu’il lui appartient de préciser dès le lancement de
la consultation. Cette formule paramétrique peut aisément résulter d’une adaptation de l’Index de référence au problème particulier,par exemple en substituant, dans l’Index type, l’indice du matériau
utilisé à celui prévu dans la grille »
Dans l’exemple cité par le communiqué ci-dessus, la valeur de l’ouvrage sera décomposée selon les
spécialités indiquées et l’on appliquera respectivement à chaque partie les index suivants :
- Travaux de Terrassement: index BT02, ou TP 03.
- Travaux de bâtiment : utiliser les Index appropriés de la série des Index BT
- Partie béton du pont : TP 02 ou BT06,
- Partie métallique du pont : TP13
Le choix entre les Index possibles cités, se fera en détaillant la nature exacte de l’ouvrage à
construire.
Dans le cas de choix d’une formule paramétrique, l’estimation globale de l’ouvrage doit être analysée
et décomposée en éléments de coût simples, capables d’être représentés par un indice existant.
L’importance de chaque élément simple, en pourcentage de la valeur totale de l’ouvrage, sera ainsi le
coefficient de pondération de l’indice correspondant, dans la formule paramétrique. Ce pourcentage
ne comporte pas de décimales. ( Ex. 35%, 18% et non 34,7%, 18,4%…)
Il convient que cette analyse ne soit pas trop «fine ». En effet, l’expérience prouve que tout élément
de prix dont la pondération est inférieure à 3% du prix à faire varier, doit être négligé aux deux
conditions suivantes :
- Etre un élément qui ne soit pas spéculatif, donc qui ne risque pas d’évoluer de manière aberrante
en doublant ou triplant de valeur d’un seul coup.
- Se rapporter à un marché dont la durée n’est pas exceptionnellement longue. Dans ce cas en
effet, il conviendrait de prévoir un ajustement partiel du prix à l’échéance d’un certain délai.
Une telle formule ainsi établie, est dénommée « formule paramétrique traditionnelle », par opposition à
une formule qui utiliserait un ou plusieurs Index.
L’ensemble des indices utilisables pour la constituer est publié au Moniteur des Travaux Publics, dans
les suppléments des textes officiels. Citons par exemple :
- L’indice Salaires des ouvriers du bâtiment et des travaux publics, soit National, soit pour l’Ile de
France.
- Le coefficient de charges salariales applicable dans le secteur concerné par les travaux
- Un indice représentant l’évolution du coût du matériel, qui se retrouve dans l’évolution des coûts
de son utilisation : il est possible de choisir, soit Im, soit Mat, selon qu’il s’agit respectivement d’un
gros matériel ou d’un matériel courant.
- Pour tenir compte de la part de frais généraux d’entreprise que comporte la construction de
l’ouvrage, on introduira dans la formule un indice chargé d’en représenter l’évolution, avec un
pourcentage correspondant au poids des frais généraux de l’entreprise type de la branche. Bien
souvent, on utilise pour cela l’indice FD, « Frais divers », dont la structure est assez proche de ce
que contiennent les frais généraux d’une entreprise traditionnelle de la branche Construction.

III – Révision de prix et indices de référence

A. Révision de prix des marchés de travaux

Régime des marchés publics :

Il y a trois catégories de marchés publics: le marché à prix ferme, le marché à prix révisable et le
marché à prix ajustables.
- Le marché à prix ferme doit comporter une clause d’actualisation. Si elle ne figure pas dans les
documents de consultation des entreprises, il convient de la rajouter. Celle-ci ne doit
réglementairement jouer que s’il s’est écoulé plus de trois mois entre la date de valeur du prix et
celle de la date d’effet de l’ordre de service de commencement des travaux.
L’application d’une telle actualisation se fait donc avec un décalage de lecture de 3 mois en arrière,
considérant ainsi qu’un prix ferme reste intangible pendant 3 mois.
Si M0 est le mois de valeur de base des prix, si Mi est le mois de la date d’effet de l’ordre de service
de commencer les travaux et si l’on a i > 3 mois, l’actualisation consistera à multiplier tous les prix du
marché par le coefficient
P/P0 = I (M0) / I (M (i – 3) )
- Le marché à prix révisable doit comporter une partie fixe minimale de 12,5%, selon les
dispositions de l’article 3 du décret n° 2001-738 du 23 août 2001. Les motifs d’existence de cette
partie fixe se sont perdus dans les mémoires depuis que les formules de variation existent.
Chacun prétend pourtant détenir l’explication de cette pratique, mais ces explications sont toutes
différentes.
Dans le quotidien, l’ancienne pratique d’avoir une partie fixe égale à 15% est généralement
conservée. Une des formules les plus courantes pour une variation utilisant les Index, est ainsi :
P n/P0 = 0,15 + 0,85 x In/I 0
· Le prix ajustable n’est pas pratiquement pas utilisé dans les activités de la Construction.
L’ajustement est, soit total à des échéances déterminées et dans ce cas ce sont tous les prix du
marché qui sont ajustés, soit partiel, c’est-à-dire que l’ajustement porte sur tels ou tels prix ou activités
indiqués dans le contrat.
Les outils de l’ajustement doivent être complètement définis dans la consultation ainsi que le mode de
calcul et ses conditions d’application.

Régime des marchés privés :

En matière de marchés privés les parties prenantes au contrat peuvent établir librement leurs
formules de révision (avec ou sans partie fixe, avec ou sans décalage de lecture…).
Nota : pour les marchés publics comme privés, le choix des paramètres est libre. Il est même possible
de prendre des références de prix pratiqués (fournitures, énergie,tarifs de prestation) ; une seule
condition :est exigée : il faut que les éléments choisis pour la révision soient en rapport avec l’objet du
contrat, conformément aux articles L. 112-1à L. 112-4 du Code monétaire et financier.
Pour ce qui concerne l’Actualisation, la Norme NFP 03.001 (Art. 9.4.2.4) ne préconise pas le décalage
de lecture de 3 mois qui existe en marché publics : l’Index initial sera celui du mois de valeur de l’offre,
l’Index d’actualisation est celui de la date de commencement des travaux. A noter que si cette date
est reportée pour un motif étranger à l’entreprise, la date d’actualisation est reportée d’autant.

B. Révision des contrats de construction de maison individuelle

Les contrats de construction de maison individuelle et de vente d’immeubles à construire, quand ils
sont révisés, doivent l’être avec l’index BT01. Toutefois, les dispositions de la loi n°90-1129 du 19
décembre 1990 (codifiée à l’article L. 231-11 du Code de la construction et de l’habitation)
déterminent deux systèmes possibles :
Variation appliquée au moment de la date d’obtention des autorisations administratives ou de la date
de réalisation de la clause suspensive prévue au contrat : le prix de base est révisé d’après la totalité
de la variation de l’index BT01. Le nouveau prix ainsi calculé devient un prix ferme et définitif (Ce
dispositif revient à faire une actualisation du prix initial).
Variation appliquée sur chaque paiement effectué entre la date de signature du contrat et la date de
livraison prévue au contrat, mais en ne retenant que 70% de la variation de l’index BT01 (C’est en fait,
une révision, avec une partie fixe de 30%).
La révision ne pourra pas ici excéder 9 mois après la date d’autorisation ou de réalisation de la
condition suspensive.

C. Conduite des calculs d’actualisation / révision

L’article 11.6 du Cahier des Clauses Administratives Générales (CCAG) des marchés publics de
travaux stipule que « le coefficient de révision est arrondi au millième supérieur ». Ainsi, le résultat
1,0495 se traduira par 1,050 ; de même, 1,04901 sera également arrondi à 1,050.
D. Valeurs finales des indices ou index de référence
En matière de paiement et lorsqu’il y a une clause de variation des prix l’art 92 du Code des Marchés
Publics stipule :
«Article 92 : Lorsque le marché comporte une clause de variation de prix, la valeur finale des
références utilisées pour l’application de cette clause doit être appréciée au plus tard à la date de
réalisation des prestations telle que prévue par le marché, ou à la date de leur réalisation réelle si
celle-ci est antérieure.
Lorsque la valeur finale des références n’est pas connue à la date où doit intervenir un acompte ou un
paiement partiel définitif, la personne publique procède à un règlement provisoire sur la base des
dernières références connues.
Le paiement calculé sur la base des valeurs finales de référence intervient au plus tard trois mois
après la date à laquelle sont publiées ces valeurs.
Lorsque les avances sont remboursées par précompte sur les sommes dues à titre d’acompte ou de
solde, le précompte est effectué après application de la clause de variation de prix sur le montant
initial de l’acompte ou du solde. »

IV. Exemple chiffré d’application

A. Actualisation d’un marché de menuiserie PVC, comportant la fourniture et la pose de menuiseries en PVC.

Caractéristiques du marché :
Marché Public
Prix initial du marché = 100 000 € hors TVA.
Date d’établissement du prix Po = janvier 2003.
Date limite de remise des offres = 15 février 2003.
Début des travaux fixé au 15 juin 2003.
Index contractuel : BT.51
Calcul de l’actualisation du prix initial du marché :
Le marché est actualisé, plus de trois mois s’étant écoulés depuis la date limite de dépôt des offres
(15 février 2003) et la date de commencement de l’exécution (Juin 2003)
Mois d’origine M0 Mois de début Mi Mois M (i-3) Rapport des Index
Janvier 2003 Juin 2003 Mars 2003 Mars 2003/Janv.
2003
BT 51 128,1 128,7 128,4 1,00234
Avec application contractuelle normale de l’arrondi (cf. art. 11.6 du CCAG marchés publics)
Le coefficient d’Actualisation du marché sera égal à 1,003
B. Application de la révision des prix à ce marché.
Supposons que le marché précédent soit révisable, et que les travaux s’échelonnent sur quatre mois,
de juillet 2003 à octobre 2003.
La révision des prix s’opère réglementairement avec la formule de révision :
P = P0 [0,125 + 0,85 BT51n/BT510]
Pour ce qui nous concerne, nous appliquerons la pratique courante d’une partie fixe de 0,15, ce qui
conduit à la formule :
P = P0 [0,15 + 0,85 In /I 0]
Le tableau récapitulatif de l’application de la révision sera ainsi le suivant :
mois Acompte Cumulé BT510 BT51n 0,85x(In/I0) 0,85(In/I0)
+0,15-,1
Coeff.
Révision Révision
Juillet 12.769,45 12.769,45 128,1 129,0 1,00 703 0,00 598 0,006 76,62
Août 7.492,56 20.262,01 128,1 129,1 1,00 781 0,00 664 0,007 52,45
Septembre 45.981,00 66.243,01 128,1 129,1 1,00 781 0,00 664 0,007 321,87
Octobre 41.866,53 108.109,54 128,1 129,3 1,00 937 0,00 796 0,008 334,93
TOTAL 108.109,54 785,87
On remarquera que le calcul se fait avec 5 décimales et que c’est au dernier moment que se fait
l’arrondi contractuel au millième supérieur, conformément à la disposition de l’article 11.6 du CCAG
des marchés publics de travaux.
Pour ce qui concerne l’avance forfaitaire, elle ne sera déduite qu’après application des variations de
prix. En effet, l’article 87 II du Code des marchés Publics stipule que l’avance forfaitaire ne peut être
affectée par la variation des prix.
S’il n’est pas d’accord avec l’effet de l’actualisation ou de la révision appliquée dans l’état d’acompte,
l’Entrepreneur doit faire des réserves à ce sujet à réception de l’Ordre de Service lui notifiant l’état
d’acompte. En effet, sauf réserves, cet effet est définitif, malgré que les montants figurant dans l’état
d’acompte lui-même n’aient pas de caractère définitif et ne lient pas les parties. (Article 13.24 du
CCAG)

TROISIEME PARTIE : LES DIFFICULTES LIEES AUX VARIATIONS DE PRIX

I – Le décalage de publication des indices et index :

Le fonctionnement normal du système de variation des prix exige, tout d’abord pour les indices,
l’organisation d’enquêtes qui sont dépouillées puis éventuellement complétées ou contrôlées avant
que leurs résultats ne soient reconnus comme fiables et publiés. Lorsque tous les indices nécessaires
aux Index sont connus, les Index sont calculés, puis publiés.
Ces différentes opérations, préalables à toute publication officielle, prennent entre deux et trois mois
minimum de délai. Il en découle qu’il existe toujours ce décalage entre la période d’exécution des
travaux, qui fait l’objet d’une demande de paiement dès la fin du mois,et la date de publication de
l’Index ou des indices qui permettront de calculer la variation des prix du mois considéré.
Le CCAG des marchés publics, (Art. 13.21) tout comme la Norme NFP 03 001, (Art. 9.4.1.3.2)
préconisent de procéder à une révision provisoire de l’acompte avec les derniers index connus, étant
entendu que cette révision sera complétée par la suite par la révision définitive, lorsque les index
afférents au mois de l’acompte concerné seront publiés.

II – Le mauvais jeu de la formule

A. Cas des marchés publics

Malgré toutes les précautions prises pour le choix de la formule de variation d’un marché, il arrive que
celle-ci conduise à des résultats très différents de la réalité de l’évolution des coûts de l’ouvrage.
Une telle situation peut se produire dans l’un des cas suivants :
- Il s’avère que la formule du contrat, qui a été pourtant choisie avec soin par le rédacteur du
marché, n’est pas représentative de la structure des coûts de l’ouvrage à construire. Cette
inadaptation peut être consécutive :
• A une formule totalement inadaptée : Ex : contrairement aux instructions de
l’Equipement, on a pris le TP01, parce que le marché comporte toutes une série
d’ouvrages différents.
• A une formule partiellement inadaptée. Ex : la pondération d’un matériau essentiel n’est
pas celle du coût de l’ouvrage, ou (ce qui arrive fréquemment) on a pris un Index BT
classique pour un marché qui ne l’est pas. (Exemple d’un ouvrage comportant une
couverture en toile textile alors qu’aucun BT ne comporte un tel matériau)
- La situation conjoncturelle évolue si brutalement et avec de tels retournements d’évolutions, que
les formules traditionnelles du dispositif sont incapables de traduire la brutalité et l’importance des
variations constatées. Ce type d’événement concerne plus particulièrement les produits dits «
sensibles », comme le pétrole ou même, tout récemment, l’acier.
Dans tous les cas énumérés ci-dessus, l’Entrepreneur et son donneur d’ordres se trouvent confrontés
à une situation particulièrement délicate, et d’autant plus difficile à résoudre qu’elle a donné lieu à
nombre d’idées ou d’opinions, trop rapidement affirmées pour correspondre à une réalité économique
incontestable.
Nous allons essayer de clarifier les idées sur ces sujets :

La situation conjoncturelle brutale :

Tel se trouvent être le cas des « crises pétrolières », ou plus récemment des variations intempestives
des prix de l’acier.
Les titulaires de marchés publics doivent avoir alors recours aux dispositions particulières prévues en
cas d’imprévision.
La circulaire du 20 novembre 1974 permet de calculer l’indemnité à allouer à l’entrepreneur en
fonction de deux critères :
- L’importance relative du préjudice provoqué par la conjoncture. Il convient, pour que l’entreprise
soit indemnisable, que ce préjudice atteigne ou dépasse le seuil de 6,66% du montant total du
marché.
- Les preuves que l’Entreprise peut apporter pour démontrer l’existence et l’importance du
préjudice subi.
La circulaire prévoit que l’entreprise ne sera indemnisée que des 90% du montant de son préjudice, et
s’il s’agit d’un marché révisable, le préjudice est égal à la différence entre le surcoût total entraîné et le
montant résultant des dispositions du marché, c’est-à-dire le montant révisé des travaux.
Se pose le cas des marchés groupés, dont le montant est tel que le seuil de 6,66% ne sera jamais
atteint, parce que la conjoncture ne concerne qu’un seul lot et que le marché en regroupe beaucoup
plus.
La stricte application de la circulaire à une telle situation est anormale et conduit à une injustice
lorsque l’exécutant du lot bouleversé n’est pas chargé de l’exécution des autres lots.
L’entrepreneur concerné est ainsi conduit à constater que le système de variation des prix qui a été
choisi ne fonctionne pas correctement, ce qui constitue un problème différent.

Le mauvais jeu des formules de variation des prix :

Pour ce qui concerne les marchés à prix révisables, nous avons abordé certains cas de mauvais jeu
des formules, notamment lorsque les pondérations des composants ne correspondent pas à celles du
marché concerné, ou lorsque la forte augmentation de tel produit par rapport à tel autre, change la
pondération elle-même du prix de ce produit dans le prix de vente de l’ouvrage.
Dans un tel cas, l’Entrepreneur doit démontrer que le jeu de la formule de variation ne correspond pas
aux variations réelles des coûts de l’ouvrage, c’est-à-dire démontrer l’inadaptation de la formule, à
remplir la tâche pour laquelle elle a été choisie par les deux signataires du marché initial.
En effet, en choisissant une formule de variation des prix plutôt qu’une autre, les signataires ont pour
commune intention, de lui confier le rôle de refléter correctement la variation des coûts de l’ouvrage.
Lorsque cette formule ne joue pas correctement, c’est cette commune intention qui se trouve prise en
défaut.
Alors la jurisprudence indique qu’il faut corriger les effets de ces dérives qui ne correspondent pas aux
volontés initiales. On peut pour cela modifier ou changer la formule de manière que l’évolution réelle
des coûts soit fidèlement retranscrite par la nouvelle formule.
Cette idée est souvent battue en brèche par la Direction de la Concurrence de la Consommation et de
la Répression des Fraudes, au motif que « modifier une formule de variation des prix d’un marché en
cours, constituerait une modification des conditions de la mise en concurrence initiale ».
Cette affirmation ne résiste pas à l’analyse. En effet, les variations intempestives du prix des matières
premières, sont totalement indépendantes de l’identité du titulaire. Leur prise en compte ne saurait
donc créer une distorsion entre les différentes Entreprises, puisqu’elles sont toutes soumises au
même environnement économique.
La Direction de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes a d’ailleurs
admis officiellement que l’on pouvait modifier la formule de variation des prix d’un marché, bien qu’il
soit commencé. En effet, à l’occasion d’aménagements apportés aux index ou indices de variations, le
BOCCRF a admis, par communiqué du 30 Avril 1992 repris le 3 Juin 1999 que l’on pouvait «
remplacer l’index d’un contrat par une formule de variation nouvelle qui serait plus représentative des
prestations à exécuter ».
Certes, ces communiqués ont été publiés à l’occasion des aménagements apportés au dispositif en
place, mais ils indiquent bien qu’il s’agit de répondre aux cas où « certains utilisateurs peuvent estimer
que les pondérations ou les références utilisées ne correspondent pas à la réalité des travaux à
exécuter », et il en est notamment ainsi lorsque le jeu de la formule ne reflète pas correctement la
dérive des coûts de l’ouvrage.
Les communiqués publiés au BOCCRF indiquent également que ces adaptations de formule ne
peuvent se faire que par conclusion d’avenants.

B. Cas des marchés privés :

Jusqu’à maintenant, les prises en compte financières de l’incidence des variations économiques
intempestives étaient réservées aux Marchés Publics.
En effet, en contrepartie de son « obligation de faire » attachée à l’intérêt public pour lequel
l’Entrepreneur intervient, celui-ci possède un droit fondamental à prétendre au rééquilibrage financier
de son marché lorsqu’un facteur extérieur rompt cet équilibre.
Ce principe ne pouvait pas être transposé aux marchés privés, si bien que les entreprises ne
pouvaient prétendre à aucune correction des dérives subies, notamment du fait de l’évolution des prix.
Il se trouve que la Cour de Cassation, dans un arrêt rendu le 16 mars 2004, ouvre une brèche dans le
principe sacro-saint de l’intangibilité des contrats (Article 1135 du Code Civil), en évoquant une
possible renégociation du prix du marché en cas de « modification imprévue des circonstances
économiques ».
D’après le texte de l’Arrêt concerné, cette renégociation des modalités du marché serait nécessaire en
vertu des « obligations (respectives) de loyauté et d’exécution de bonne foi ».
Certes, lorsqu’on analyse le texte de l’Arrêt, les choses ne sont pas aussi tranchées que ne l’affirment
les rapporteurs. En fait, la Cour a rejeté une demande d’indemnisation, au motif que le déséquilibre
financier invoqué existait dès la conclusion du contrat et qu’il ne s’agissait pas d’un « refus injustifié de
prendre en compte une modification imprévue des circonstances économiques »
Il n’empêche que c’est une première évolution importante qui va dans le sens d’une meilleure
transparence des relations contractuelles.
Il est de toutes manières possible en matière de marché privé de contractualiser un dispositif qui
permettrait à l’entreprise d’être à l’abri de tels évènements.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X