Actualité

Implanter des éoliennes sur des coquillages

| 21/05/2013 | 17:22 | Matériaux

Agrandir la photo © DR
Le projet rassemble des universités (University of Southampton, University of Exeter, Université de Caen Basse Normandie), des laboratoires de recherche (Plymouth Marine Laboratory, Muséum National d'Histoire Naturelle), et des industriels.

L’Ecole Supérieure d’Ingénieurs des Travaux de la Construction de Caen (ESITC Caen) et ses 8 partenaires français et britanniques viennent de lancer le projet RECIF (Réutilisation de coproduits marins en récif artificiel). Il vise à traiter et valoriser les coproduits marins dans les matériaux de construction innovants pour récifs artificiels.

Le laboratoire de l'École supérieure d'ingénieurs des travaux de la construction de Caen (ESITC Caen) pilote un projet européen visant à trouver une voie de valorisation des coquillages. Il s'inscrit dans le cadre de l'implantation des éoliennes offshore et de la recherche de solutions pour compenser d'éventuelles perturbations de l'écosystème dans la zone Manche. Baptisé RECIF, le projet rassemble 9 partenaires français et britanniques : des universités (University of Southampton, University of Exeter, Université de Caen Basse Normandie), des laboratoires de recherche (Plymouth Marine Laboratory, Muséum National d'Histoire Naturelle), et des industriels (TPC - Groupe VINCI, EMCC). Cofinancé par l'Union Européenne (FEDER) et la Région Basse-Normandie pour un montant de 3 millions d'euros, il devrait aboutir en 2015.

Sélectionné dans le cadre européen de coopération transfrontalière INTERREG IVA France (Manche) Angleterre, ce projet s'inscrit dans le cadre de l'implantation des Energies Marines Renouvelables (EMR) dans la zone Manche.

L'ESITC Caen pilote déjà depuis 1 an le projet VECOP sur la réutilisation des coproduits marins en éco-pavés drainants. Les résultats et les connaissances de ce projet et notamment ceux liés aux caractéristiques physico-chimiques des coquilles, à l'étude du comportement des coquilles dans un matériau cimentaire, seront utilisés dans le cadre du projet RECIF pour optimiser les formulations dès le début du projet RECIF.  Le projet RECIF vise lui aussi la valorisation de ces déchets coquilliers en les incorporant dans un matériau qui sera mis au point pour la fabrication de récifs artificiels qui seront immergés en mer. La durabilité vis-à-vis de l'eau de mer est donc essentielle.

Dans la zone de la Manche, des éoliennes offshores seront bientôt implantées sur différents sites déjà connus. Le projet RECIF étudiera la préservation et le développement des ressources marines par la mise en place de récifs artificiels dans des zones préalablement ciblées. Par le biais de RECIF, des connaissances nouvelles et des solutions innovantes quant à l'impact environnemental des récifs artificiels lié à l'implantation des EMR (Energies marines renouvelables) seront à disposition des chercheurs et des industriels. A terme, les études et les résultats de ce projet pourraient s'inscrire dans le cadre d'éventuelles mesures compensatoires à la mise en place à grande échelle de parcs éoliens offshore, à commencer par les parcs de la zone Normandie.

 

VOUS SOUHAITEZ REAGIR