Recherche & développement

L’imprimante 3D passe au béton à prise rapide

Mots clés :

Architecture

-

Béton

En passant des matières plastiques au béton à prise rapide, l’impression 3D ouvre des perspectives inouïes à l’architecture et au secteur de la construction. Et la présence d’une imprimante 3D sur chantier n’apparaît plus si incongrüe.

Il fallait s’y attendre. Depuis quelques années déjà, l’imprimante 3D, conçue pour produire en trois dimensions des corps dessinés en CAO, sert à réaliser maquettes et modèles, voire des œuvres d’art à l’échelle 1:1. Au lieu d’appliquer de la matière en plan, elle dépose à chaque passage de la matière en épaisseur, en montant d’un cran lors du passage suivant. Voici deux exemples en vidéo de projets qui mettent en oeuvre du béton à prise rapide et qui rend la présence de telles imprimantes sur les chantiers désormais possible.

 

3D CONCRETE PRINTING, Royaume-Uni

 

En Angleterre, le Centre de recherche Process innovants et construction de l’université de Loughborough travaille sur une imprimante appliquant du béton (3D Concrete Printing). Les dimensions n’atteignent pas celles d’un bâtiment encore, comme le projet de l’université de Californie du Sud (voir ci-dessous). Le Centre développe des process permettant de mettre en œuvre des éléments de construction complexes de manière automatisée, afin d’offrir à la conception architecturale une liberté jusqu’ici limitée par les techniques artisanales et leur coût. On obtient, ainsi, des éléments d’une résistance équivalente à 95 % de celle d’un béton banché. Le cabinet d’architectes Norman Foster Partners, avant-gardiste de la conception 3D dans l’architecture, participe à ces développements.

 

 

 

CONTOUR CRAFTING, États-Unis (Californie)

 

Dans une dimension adaptée à la réalisation de structures classiques telles qu’une maison à deux niveaux, le département de l’université de Californie du Sud, dirigé par le professeur Behrokh Khoshnevis franchit le pas en 2011 : ce n’est désormais plus une matière plastique, mais un béton à prise rapide qu’applique leur imprimante. Cet institut a conçu un équipement qui, monté sur rails disposés de part et d’autre d’un chantier, devrait imprimer une maison jusqu’à R+1 d’un seul tenant en 24 heures. Le process est appelé « Contour crafting ». Il apparaît que la Nasa investit actuellement dans ce procédé et les premiers prototypes devraient voir le jour cette année. Cette démarche apparaît comme la plus adaptée à la construction actuelle. De par ses composants assurant une prise rapide, le béton ne nécessite plus de banchage pour le coulage. C’est le tracé de la buse distributrice, parcourant les épaisseurs des parois par passages successifs, qui y dépose un cordon continu de béton liquide.

 

 

 

 

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Newsletters
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X