Chantiers

Les avancées d’Issygrid, le smartgrid d’Issy-les-Moulineaux

Mots clés :

Matériel - Equipement de chantier

Dix-huit mois après le lancement d’Issygrid, projet présenté comme le premier réseau d’énergie intelligent à l’échelle d’un quartier, ses concepteurs font le point sur l’avancement des travaux.

Faut-il parler « d’équipe de France des smartgrids » ? C’est en tout cas ce que fait André Santini, député-maire d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), lorsqu’il évoque les partenaires engagés dans Issygrid, le réseau d’énergie intelligent en construction dans sa ville.

Lancé en avril 2012, ce projet impressionne en effet par son tour de table, allant du groupe Bouygues à Microsoft en passant par EDF et ERDF, Alstom, Schneider Electric, Total ou encore Steria. « Ce qui fait l’intérêt d’Issygrid, implanté sur deux quartiers de la ville, c’est qu’il implique de vrais habitants et de vraies entreprises ; c’est un laboratoire grandeur nature », insiste Guillaume Parisot, directeur Innovation de Bouygues Immobilier, le pilote du programme. Un programme qui, a-t-il rappelé, doit permettre à la ville, aux habitants et aux entreprises de réaliser des économies d’énergie grâce à l’effacement et au stockage, et aussi de lisser les pointes de consommation électrique pour améliorer l’équilibre général du réseau.

Dix-huit mois après son démarrage, Issygrid est manifestement rentré dans la partie concrète de son développement. En juillet dernier, des compteurs communicants ont ainsi été installés par ERDF dans 94 logements du quartier Seine Ouest de façon à ce que leurs occupants puissent mieux comprendre et maitriser leurs dépenses énergétiques. Ces logements ont également été dotés par Bouygues Telecom d’un système d’alerte et de comparaison des consommations enregistrées avec le voisinage. « Autant les clients ne se précipitent pas sur les chiffres en kWh, autant ils apprécient la consultation des tableaux comparatifs », note Martin Kaiser, directeur Roadmap Service Solutions chez Bouygues Telecom.

 

Stockage et restitution d’énergie

 

Côté tertiaire, les immeubles Galeo, siège de Bouygues Immobilier, et Sequana, occupé par Bouygues Telecom, ont été rendus « smart grid ready » grâce à des équipements d’aide au pilotage livrés par Schneider Electric. « L’été dernier, ces dispositifs d’effacement de consommation ont permis d’économiser environ 500 kWh de climatisation sur la seule journée du 29 juillet en rafraîchissant les bureaux avec du froid produit et stocké au cours de la nuit précédente », indique Guillaume Parisot. Ce même système, qui équipera prochainement le bâtiment EOS, occupé par Microsoft et Steria, pilote par ailleurs la recharge de batteries de véhicules électriques en fonction de l’état du réseau électrique et du planning de réservation des utilisateurs.

L’éclairage public, qui représente en moyenne 40% de la facture d’électricité d’une collectivité locale, a par ailleurs été rendu « intelligent » dans trois rues du quartier Seine Ouest. Réalisée par Bouygues Energies & Services, cette remise à niveau de 46 lampadaires a pour objectif de moduler le niveau d’éclairement en fonction du trafic routier, de l’heure et des saisons, et donc de réaliser des économies d’énergie. Enfin, le poste de distribution électrique de la rue Bara, relié aux panneaux photovoltaïques de la tour Sequana et lui aussi rendu communicant, accueillera d’ici peu des batteries de véhicules électriques recyclées qui stockeront à certains moments l’électricité excédentaire (photovoltaïque notamment) sur le réseau pour la restituer en période de forte consommation.

Newsletters