Chantiers

Le plus grand mur végétal au monde : un écrin pour 35.000 m² de commerces

Mots clés :

Second oeuvre

-

Bois

-

Établissement recevant du public (ERP) ou assimilé

Alpha Park II, centre commercial de 35.000 m2 aux Clayes-­sous-­Bois a ouvert ses portes mercredi 5 septembre. Ses deux bâtiments dessinés par Laroche, Jard & Associés sont revêtus d’un mur végétal de près de 2.000 m² créé par Patrick Blanc.


Pour son Alpha Park II, centre commercial de 35.000 m2, la compagnie de Phalsbourg a confié à Patrick Blanc, artiste botaniste, la réalisation d’un Mur végétal. Déjà auteur de celui du Musée du Quai Branly à Paris, Patrick Blanc a réalisé 2000 m2 de façades végétalisées qui comportent 46.530 plantes, de 285 espèces différentes.

Ce Mur Végétal qui est désormais le plus grand du monde, a été conçu avec l’objectif de protéger les bâtiments, tout en assurant à l’installation végétale une pérennité d’au moins trente ans, avec un entretien très réduit.

II consiste en une superposition de différents éléments garantissant la croissance et la fixation à long  terme des racines des plantes sur une surface et non pas dans un volume, contrairement aux autres méthodes de culture. Le choix des espèces tient évidemment compte, en premier lieu, des conditions climatiques du site d’installation.

 

Dissocié du bâti

 

La superposition de trois éléments (cadre métallique, feuille de PVC expansé, nappe d’irrigation) compose le Mur Végétal, qui est ainsi dissocié du bâti.
Celui-­ci est d’abord constitué du cadre métallique autoportant ou chevillé sur un mur de façade existant.
Ce cadre crée un coussin d’air de quelques centimètres entre la façade et le Mur Végétal, qui assure une isolation contre le froid en hiver et contre la chaleur en été. Ce vide protège également la façade des intempéries et de la pollution, tout en créant un espace infranchissable par les racines.

Sur le cadre métallique, on rivète la plaque de PVC expansé de 10 millimètres d’épaisseur, qui garantit l’étanchéité ainsi que la rigidité et l’homogénéité de la surface à végétaliser.

La nappe d’irrigation est un feutre en polyamide de 3 millimètres d’épaisseur, qui est agrafé sur le PVC. C’est sur ce feutre imputrescible, à fort pouvoir de capillarité et de rétention d’eau, que se développent les racines des plantes.

 

Isolation par l’extérieur

 

Celles-­ci sont installées sous forme de graines, de boutures ou de plantes adultes à toutes les hauteurs du Mur Végétal, avec une densité de l’ordre d’une trentaine de végétaux par mètre carré. L’arrosage s’effectue à partir d’un tuyau régulièrement percé, situé au sommet du Mur Végétal.

L’entretien du Mur est réduit, la plupart des mauvaises herbes étant incapables de s’installer sur ces surfaces verticales. Une taille annuelle des arbustes est prévue.

En plus de recréer des milieux vivants très comparables aux milieux naturels et d’effectuer une action dépolluante, le Mur végétal, dont la conception s’appuie sur une véritable connaissance botanique, crée
une surface d’isolation entre le bâti et l’extérieur, grâce à son coussin d’air : il réduit les besoins en climatisation pendant l’été et en chauffage pendant l’hiver.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • Jean-Michel TOURNOUX - Le

    Isolation par l'exterieur vegetale

    Pipo ou comment calcule-t-on le coef de ce mur???
  • Commenter cet article
Newsletters