Actualité

Optimisation énergétique : une solution pour adapter le confort à l’occupation de l’espace

Jean-Charles Guézel | 08/02/2013 | 15:38 | Innovation produits

Agrandir la photo SCHNEIDER
Pilotage du Hive (Siège de Schneider Electric)

Au-delà des actions immédiates sur les équipements techniques, déjà génératrices d’économies d’énergie, le système D5X permet d’établir des statistiques d’occupation des locaux elles aussi très utiles en termes de gestion des espaces.

Capable de compter en temps réel le nombre de personnes évoluant dans une pièce, l’offre D5X de Schneider Electric rend le pilotage des équipements techniques plus intelligent et promet 15 % d’économies supplémentaires aux gestionnaires d’immeubles tertiaires.

L’efficacité énergétique ne se résume pas à la performance des équipements et des matériaux : c’est aussi une question de comportement individuel et collectif. Or, s’il est simple d’éteindre la lumière en quittant une pièce, le geste est loin d’être systématique, et il encore plus rare si l’on parle de chauffage par exemple. Quant aux automatismes liés à une détection de présence, ils ont l’inconvénient de fonctionner en « tout ou rien », et donc sans réelle possibilité de dosage des effets. D’où l’intérêt de l’offre D5X qui, au lieu de se contenter de dire s’il y a ou pas des personnes dans une pièce, en compte précisément le nombre. Objectif : piloter plus finement les fonctions qui peuvent l’être, le débit d’air neuf notamment. « Compatible avec tous les systèmes de gestion technique du bâtiment (GTB) du marché, notre offre se décompose en deux solutions baptisées Gilif (gestion du mouvement, mesure et reporting) et Stibil (gestion des terminaux techniques) », précise Jérôme Duc, porte-parole et fondateur de l’entreprise D5X (aujourd’hui intégrée au groupe Schneider Electric). La solution Gilif repose sur l’utilisation d’une étiquette RFID (radio frequency identification) par chaque utilisateur, étiquettes détectées par des capteurs radio installés sur les plafonds, dans les boîtiers Stibil, à raison d’un détecteur tous les 14 m² environ. En pratique, le dispositif est capable de compter le nombre d’étiquettes d’une pièce mais aussi de répartir ce nombre en plusieurs catégories d’utilisateurs – salariés, visiteurs, fournisseurs, etc. – selon le type d’étiquette qui leur a été remis en entrant dans les locaux.

 

Détection non nominative

 

« Ces étiquettes ne sont pas associées à des badges d’accès mais à des porte-badges. De ce fait, elles ne sont pas nominatives et ne permettent donc pas de localiser individuellement les personnes dans les locaux, ce qui aurait été incompatible avec les exigences de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) », explique Jérôme Duc. Via la GTB, le tandem Gilif/Stibil rend possible le dosage du renouvellement d’air en fonction de l’occupation des pièces, mais aussi celui de l’éclairage électrique ou encore la position des stores en fonction des conditions extérieures. Au-delà de ce type d’actions immédiates, déjà génératrices d’économies d’énergie, le système D5X permet d’établir des statistiques d’occupation des locaux, informations elles aussi très utiles en termes de gestion des espaces. « Au Hive, le siège social de Schneider Electric, où le système est mis en œuvre depuis déjà plusieurs mois, on a pu se rendre compte que certains bureaux n’étaient jamais occupés et que d’autres l’étaient très peu. On dispose désormais des données objectives afin de mieux organiser l’espace, et ce travail est en cours », indique Jérôme Duc. A terme, sans rien changer aux équipements ni aux habitudes des occupants, le dispositif amènerait une économie d’énergie de l’ordre de 15 %. Enfin, il offre aussi une sécurisation améliorée du site dans la mesure où le système peut déclencher une alarme dès lors qu’une catégorie de porte-badge est localisée dans une zone sans y avoir préalablement été autorisée.