Actualité

Eclairage : les panneaux Led organiques (Oled) débarquent en France

Jean-Charles Guézel | 27/11/2012 | 17:10 | Innovation produits

Agrandir la photo www.linuslintner.de
Luminaire Oled

Exemple de luminaire Oled (design von Kardorff)

Philips Lighting a installé dans un couloir de son siège de Suresnes un système d’éclairage dynamique 3D construit à partir de plusieurs dizaines de modules Oled. Une sculpture lumineuse étonnante qui constitue aussi la première démonstration des possibilités de l’éclairage Oled en France.

Panneau Oled

Agrandir la photo
Panneau Oled
Le panneau Oled GL 350 de Philips Lighting (dimensions : 12,5 mm x 12,5 mm x 3, 3 mm)

C’est tour à tour une vague lumineuse blanche qui parcourt le plafond, une illumination « pixellisée » à caractère aléatoire ou encore un éclairage statique tridimentionnel… Installée au siège de Philips à Suresnes (Hauts-de-Seine), la LivingSculpture3D conçue par Christopher Bauder est à la fois un objet de design et une véritable innovation technique. «  C’est la première démonstration en France de ce qu’il est possible de réaliser avec nos modules Lumiblade de type Oled (Organic Led) », commente Christophe Bresson, porte-parole de Philips Lighting.

 

Quelques mm d’épaisseur

 

Après avoir investi plus de 40 millions d’euros dans son centre de recherche et usine d’Aix-la-Chapelle (Allemagne) et équipé son site de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher) pour les opérations de finition, cet acteur historique de l’éclairage livre ses premiers échantillons avec pour l’instant une seule référence commerciale, le GL 350, d’une taille de 12,5 cm x 12,5 cm (3,3 mm  d’épaisseur). Construit par superposition de couches semiconductrices organiques sur un substrat qui peut être en verre ou en plastique, ce dispositif Led se distingue de ses prédécesseurs par une émission qui n’est plus ponctuelle (ou presque) mais surfacique. Vendus par lots de trois unités au prix de 400 euros (dispositif de contrôle électronique inclus) afin de composer ce que Philips appelle des « kits de démarrage », ces panneaux délivrent un flux lumineux de plus de 115 lumens, soit 350 lumens environ par « lot » de trois (d’où  la référence GL 350).

 

Finitions "miroir" ou transparente

 

Ses autres caractéristiques sont un allumage instantané, un échauffement limité (contrairement aux Led classiques), une température de couleur de 3250 K, un indice de rendu des couleurs supérieur à 90, une luminance de 4000 cd/m2, une consommation électrique de 7,2 watts sous  14,3 volts (16,7 lm/W) et une durée de vie de 10 000 heures à mi-rendement. «  En fait, Philips sait aujourd’hui fabriquer des modules Oled affichant 40 lm/W, soit trois fois plus l’efficacité lumineuse d’un halogène, précise Christophe Bresson. Et tout indique que nous devrions à terme approcher les 200 lm/W…» Signe que tout va décidément très vite dans ce domaine et que les brochures sont rapidement obsolètes, le porte-parole de Philips évoque également des durées de vie de 25 000 heures avec des températures de couleur de 2 700 K à 6 500 K et la possibilité de choisir entre trois finitions sous 1,8 mm d’épaisseur : panneau « miroir » (interactif le cas échéant), panneau transparent (opaque une fois allumé) et panneau « satin ». Quant aux dimensions maximales, elles devraient atteindre 60 cm x 60 cm d’ici 2015. « Pour les concepteurs, le gros avantage de l’Oled résidera dans la liberté de forme et la souplesse éventuelle du support, deux options que nous allons offrir d’ici un an ou deux », indique Christophe Bresson.