Innovation produits

Marché des panneaux solaires : un eldorado encore fragile

Mots clés :

Energie renouvelable

-

Produits et matériaux

-

Matériel - Equipement de chantier

Environ 870 ME en 2007… et plus de 4,7 MdE en 2012 ! Les chiffres qui circulent sur le marché du solaire font souvent tourner la tête. Ceux-ci sont tirés d’une étude de l’Ademe publiée en juillet 2008. Selon elle, la vente des équipements sur le solaire (matériels, installations, études et entretien) serait promis à un bel avenir.

Le segment du photovoltaïque (production d’électricité à partir de modules photovoltaïques) pourrait peser 2,8 MdE en 2012, soit 18 % du marché total des installations en ENR. Celui du solaire thermique (lié à la production d’eau chaude sanitaire et au système combiné de chauffage) représenterait 1,97 MdE, soit 12 % du marché total ENR. Bref, le solaire serait un véritable eldorado avec des dizaines de milliers d’emplois à la clé.

Pourtant, le scepticisme affleure chez tous les intervenants de la filière solaire. Tout d’abord, l’essor du secteur est étroitement lié à la volonté politique de le soutenir financièrement sur le long terme. En effet, la parité des coûts de l’énergie solaire avec ceux des énergies fossiles ne devrait pas être atteinte avant 2015.

Les enjeux économiques et écologiques sont tels qu’un mouvement de recul des instances gouvernementales est peu crédible. Cependant, le rythme des réformes, la non-pérénité de certaines mesures au-delà de 2012, la frilosité de certaines institutions (comme les Architectes des bâtiments de France), les lenteurs administratives, les retards du dossier « certification », sont autant d’épées de Damoclès sur la tête des acteurs de ce marché. La seule solution est de mettre en ordre de marche tout le « paquebot » du Bâtiment français, en travaillant sur la qualité (des produits et de leur installation), la baisse des coûts (de fabrication et de distribution) et la formation (des commerciaux comme des artisans).

Focus

4,7 milliards d’euros

Ce sera le poids du marché en 2012 (en valeur installée). De quoi motiver les politiques qui ont fixé des objectifs ambitieux au secteur du Bâtiment. à l’horizon 2020, environ 4 millions de logements devront bénéficier d’un système solaire pour l’eau chaude sanitaire et le chauffage. Le photovoltaïque devra équiper 70 % des logements neufs et 2 % de la rénovation.


Sources : Ademe, Enerplan

Focus

Réglementation

Le solaire dans le « plan Borloo » : jusqu’en 2012, maintient du crédit d’impôt de 50% sur les achats en matériels et de la TVA à 5,5% pour les particuliers.


Sur les permis de construire, levée de toute interdiction à poser des modules solaires intégrés aux bâtiments (hors des zones protégées soumises à l’agrément des ABF).


Facilitation des projets sur les établissements publics qui devront donner l’exemple.


Pour le photovoltaïque, priorité à l’intégration au bâtiment avec un tarif préférentiel garanti jusqu’en 2012, maintien de l’obligation d’achat par EDF pendant 20 ans, suppression de la taxe professionnelle et de la TVA sur les ventes d’électricité, simplification des démarches administratives et création d’un guichet administratif unique, création d’un tarif spécial pour les bâtiments professionnels.


Pour les équipements en chauffe-eau et chauffage solaire, création du Fonds chaleur pour soutenir les projets en habitat collectif, tertiaire et industrie sur la base d’une rémunération anticipée du kWh produit.

Newsletters