Culture

La Tour Montparnasse: 40 ans, 210 mètres, amiante et interrogations

Mots clés :

Immeuble de grande hauteur

-

Réglementation technique

La Tour Montparnasse fête jeudi 12 septembre ses 40 ans, dans une atmosphère alourdie par les poussières d’amiante qui continuent de hanter ce gratte-ciel parisien conçu dès le départ dans la douleur.

La Tour Montparnasse est née il y a 40 ans dans un climat d’hostilité. « Elle est née dans la polémique, les conservateurs n’aimaient pas cette tour », explique Michèle Leloup, coauteure de « La Tour Montparnasse 1973-2013, je t’aime… moi non plus » (Ed. La Martinière). Mais finalement, c’est « la vision avant-gardiste », portée notamment par André Malraux et Georges Pompidou, qui l’emportera.

Il faudra onze ans pour que démarrent les travaux, en 1969. Même après, certains voulaient limiter la hauteur de la tour à 100 mètres. « Pompidou a dit : non, on va au bout », ajoute Michèle Leloup.

La tour mesure finalement 210m de haut, compte 58 étages et pèse 150.000 tonnes. A son inauguration, le 18 juin 1973, le bâtiment atypique s’installe dans le paysage de la capitale, dont il devient de fait l’un des grands points de repère.

Mais la prouesse architecturale traînera vite un boulet: l’amiante, largement utilisé à l’époque.

« Très tôt, on a été confronté au problème des flocages. On savait que ce produit rempli d’amiante était dangereux. Mais on a continué de travailler », témoigne Jean-Paul Lopez, ancien chef de chantier sur l’Ensemble immobilier Tour Maine Montparnasse (EITMM).

La première alerte est lancée en 1995, quand le comité anti-amiante Jussieu mentionne la Tour Montparnasse dans une liste de 150 bâtiments à usage collectif exposés à l’amiante.

Les travaux de désamiantage démarrent en 2003 puis, en 2006 et 2009, deux arrêtés préfectoraux imposent « des mesures pour limiter le risque de pollution et favoriser les contrôles réalisés » par l’Inspection du travail et la Caisse d’assurance maladie.

 

« La mesure du problème »

 

Mais le débat a été relancé de plus belle cet été, après des dépassements relevés dans la Tour les 26 et 27 juin: entre 9 et 18 fibres par litre pour certains étages, au-delà des normes réglementaires de 5 fibres par litre d’air, selon un document du syndicat principal des copropriétaires de l’EITMM.

Le départ fin juin des salariés d’Amundi, filiale du Crédit Agricole et de la Société Générale, vers un site délocalisé, a porté un sérieux coup à l’image de la Tour et fourni des arguments aux militants associatifs.

« Il y a eu un déclic: dans cette tour, on était dans une situation un peu d’omerta, où on dit aux gens que ce n’est pas dangereux. L’évacuation de plusieurs centaines de personnes d’un coup a obligé tous les acteurs à réfléchir en disant: +est-ce qu’on a bien pris la mesure du problème?+ » commente Alain Bobbio, secrétaire national de l’Association nationale de défense des victimes de l’Amiante (Andeva).

Pis, un autre arrêté préfectoral du 13 août a relevé « au moins 72 dépassements du seuil réglementaire » depuis novembre 2009.

« Quand on est à ce niveau, le mieux c’est de considérer qu’on déménage les gens », avant de mener « une éradication de l’amiante », avance M. Bobbio, dénonçant une « bombe à retardement pour la santé ».

Le président du syndicat des copropriétaires, Jean-Marie Pierrel, juge cette critique « facile et injustifiée », alors que, dit-il, « aucune réglementation (n’)impose le retrait de l’amiante si le matériau est en bon état ».

« Nous n’avons pas cessé de surveiller la situation, on n’a pas négligé les alertes », a assuré mercredi le préfet de la région, Jean Daubigny, rappelant qu’une expertise était en cours pour déterminer les causes des dépassements constatés.

Plus de 5.000 personnes travaillent dans la tour, dont l’étage panoramique accueille un million de visiteurs par an. L’édifice a également servi de lieu de tournage de certains films, dont « La Tour Montparnasse infernale » (2001) ou la série « Julie Lescault ».

Pour son 40e anniversaire, il est prévu jeudi soir un spectacle son et lumière et un concert gratuit au pied de la Tour.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • Thierry BRAUT - Le

    amiante et vibration

    les vibrations libères des fibres c’est bien connu même si le matériau est en bonne état , il faut agir avec toutes les contraintes que cela représente, plusieurs tours on été désamianter, le sujet est maîtriser depuis longtemps. Monsieur Pierrel ne voit que l’intérêt de ses clients en jouant avec les mots quel tristesse
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X