Culture

Architecture franco-allemande : l’exposition manifeste

Mots clés :

Architecture

-

Culture

-

Établissement recevant du public (ERP) ou assimilé

Avec une exposition présentée du 30 mars au 21 juillet au musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, l’architecture s’invite au programme du cinquantenaire du traité de l’Elysée, qui a scellé la réconciliation franco-allemande en 1963.

« Jusqu’ici, l’architecture a constitué un maillon manquant, dans les grandes expositions qui ont démontré les influences culturelles réciproques de la France et de l’Allemagne. L’exposition Interférences comblera ce vide ». L’objectif ainsi formulé par Estelle Pietrzyk, directrice du musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg (MAMCS),  s’appuie sur deux exemples phare dans les domaines de la peinture et des Arts décoratifs : « Paris – Berlin 1900-1933 », et « Marianne et Germania »…. Ajouté à l’intégration de l’événement dans la programmation du cinquantenaire du traité de l’Elysée, ces références situent l’ambition européenne de la plus importante exposition d’architecture jamais montée à Strasbourg, intitulée « Interférences/Interferenzen. Architecture. Allemagne-France, 1800-2000 ».

500 pièces hétérogènes

 

Les deux commissaires associés au projet traduisent cette ambition : professeur à New-York et historien de l’architecture, le français Jean-Louis Cohen relève le défi aux côtés de l’allemand Hartmut Frank, professeur d’histoire de l’architecture à Hambourg. Tous deux s’appuient sur le relai local de Volker Ziegler, professeur partiellement détaché dans ce but par à l’école nationale supérieure d’architecture de Strasbourg. Pour la scénographie, le MAMCS mobilise Béatrice Jullien, de l’agence Frenak Jullien, chargée de trouver une cohérence et de donner du sens à l’agencement de 500 pièces hétérogènes : tableaux, maquettes de toutes tailles, plans, archives scannées… Grâce à la générosité des volumes dédiés aux expositions temporaires dans le musée conçu par Adrien Fainsilber, aucune barrière étanche ne cloisonnera les neuf séquences chronologiques réparties dans 600 m2 : « Dès l’entrée de l’exposition, les visiteurs pourront apercevoir l’avenir », annonce Estelle Pietrzyk.

Relecture urbaine

 

L’approche formelle et le prestige des commissaires appuient une démonstration inédite : « Un travail de recherche de plusieurs années m’a fait découvrir l’importance des influences réciproques entre les architectes des deux pays, depuis la fin du XVIIIème siècle, avec des allers retour qui aboutissent à de nouvelles idées. Vrai moment de savoir, l’exposition bouleverse bien des idées reçues », témoigne Daniel Payot, adjoint au maire de Strasbourg chargé de la culture. Ainsi, les grandes percées parisiennes du baron Haussmann, lui-même influencé par l’Allemagne, ont guidé James Olbrecht, auteur du plan de Berlin en 1865. Les schémas de cet urbaniste ont ensuite contribué à l’émergence des cités jardins, dont celle du Stockfeld à Strasbourg…

Du Palais du Rhin construit sous Guillaume II jusqu’à la passerelle des Deux Rives jetée en 2004 sur le fleuve européen par l’architecte Marc Mimram, la capitale alsacienne joue le rôle de pivot, dans les interférences architecturales franco-allemandes. Cette position renforce l’argumentation strasbourgeoise, dans le dossier de candidature du quartier allemand de la Neustadt au patrimoine mondial de l’humanité. « Au départ, il n’y a aucun lien entre l’exposition et la candidature. Mais ces deux dossiers, soutenus par les mêmes experts scientifiques, nous incitent à relire notre propre histoire urbaine, et à revaloriser un patrimoine longtemps négligé à Strasbourg, où jusque dans les années 70, circulait l’idée de démolir le palais du Rhin », rappelle Daniel Payot. Au cœur d’Interférences et de la candidature à l’Unesco, la symbiose franco-allemande guide également le projet urbain phare de la capitale parlementaire européenne : le schéma des Deux Rives, dessiné par Bernard Reichen entre le centre-ville et la gare de sa voisine allemande Kehl.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Newsletters
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X