Actualité

BIG voit grand pour Europa City

Nathalie Moutarde (bureau Ile-de-France du Moniteur) | 12/04/2013 | 14:57 | Projets

Vue Nord  

Photo n° 1/4
© Big-Europacity

Galerie Zoom

Vue Nord

Vue Nord

Photo n° 1/4 - © Big-Europacity

Vue Nord

Photos 4/4

Projet de complexe Europa City à Gonesse (Val d’Oise), par Bjarke Ingels Group (Big)

1 commentaire

L’agence danoise d’architecture Bjarke Ingels Group (BIG) élaborera le master plan du projet Europa City. Ce complexe de près de 700 000 m2, implanté au cœur du Triangle de Gonesse (Val d’Oise), à proximité de l’aéroport de Roissy, regroupera commerces, hôtels, équipements culturels et de loisirs. Les premiers travaux pourraient démarrer en 2017.

Immochan, filiale immobilière du groupe Auchan, a retenu l’agence danoise d’architecture Bjarke Ingels Group (BIG) pour la réalisation du futur complexe commercial et de loisirs, Europa City, sur le Triangle de Gonesse (Val d’Oise), entre Paris et l’aéroport de Roissy. Ce choix a été entériné, le 12 avril, par un comité de pilotage co-présidé par le préfet de la région Ile-de-France, Jean Daubigny et le député-maire de Gonesse, Jean-Pierre Blazy. Il fait suite à une consultation internationale lancée en avril 2011 à laquelle ont également participé Manuelle Gautrand, Valode & Pistre et l'équipe norvégienne Snohetta (voir leurs propositions en images). « La force du projet de BIG est de concevoir Europa City comme un quartier de ville vivant, accessible, alliant centralité urbaine et paysage et offrant des espaces ouverts à tous de qualité. Nous avons aussi été séduits par la forme très douce du projet et sa grande modularité », déclare Christophe Dalstein, directeur d’Europa City.

 

Deux milliards d’euros d’investissement

 

Sur une emprise de 80 hectares, le projet développera sur près de 700 000 m2 de surface construite : 50 000 m2 d’équipement culturels (une grande halle d’exposition, deux salles de spectacles, une autre dédiée au cirque…), des espaces de loisirs (un parc à neige avec une piste de ski indoor, un complexe aquatique….), environ 500 boutiques, une douzaine d’hôtels, des restaurants. L’investissement total est estimé à deux milliards d’euros.

Reposant sur le principe d’une alliance entre ville dense et paysage ouvert, le projet de BIG superpose le tracé du tissu urbain parisien avec la trame agricole du territoire. Les programmes s’organisent le long d’un boulevard piéton, accessible aux modes de transport doux, qui s’enroule autour d’une place traitée sous forme de parc. « Le long de ce boulevard circulaire, d’une longueur d’environ 2 km, nous voulons créer une combinaison d’impressions urbaines différentes », souligne Bjarke Ingels, architecte-fondateur de BIG (lire son portrait, visiter son agence en images). La hauteur du toit, végétalisé, variera en fonction des programmes situés en dessous, formant un paysage de vallées et de crêtes. Il y aura des rues à ciel ouvert ou inspirées des passages couverts parisiens », ajoute-t-il.

 

Le métro du Grand Paris à l’horizon 2025

 

Le site devrait être desservi par le RER D en 2020, en attendant l’arrivée, à l’horizon 2025, du métro automatique du Grand Paris. Immochan a d’ailleurs attendu les arbitrages du Premier ministre sur le Grand Paris Express, le 6 mars dernier pour dévoiler le nom de l’architecte lauréat et enclencher la phase pré-opérationnelle. D’ici à octobre 2014, BIG, associé à l’agence Scau (architectes), Setec (BET), Transsolar (BET stratégie et développement durable), Base (paysagiste) et Michel Forgue (économiste), va élaborer le master plan (schéma directeur) du projet. La concertation préalable devrait se dérouler fin 2014. « Nous souhaiterions engager les travaux en 2017 pour une livraison des premiers programmes en 2012-2022 et une mise en service du gros de l’équipement en 2025 », conclut Christophe Dalstein.

Nathalie Moutarde (bureau Ile-de-France du Moniteur) | Source LE MONITEUR HEBDO

 
  • Luc Dupont |

    Rêves

    C’est beau le monde des « bisounours » !!! Il y en a même un qui s’appelle « Grosfarceur », et un autre « Grostaquin »… Ce sont de sacrés coquins ! Nous, on les aime ; on fait « areu areu », comme ils nous le demandent ! On les aime tellement qu’on leur donne nos terres agricoles, on prend des crédits-déficits pour 30 ans au moins en leur amenant gratuitement le super-métro. Même nos édiles qui nous représentent au mieux leur offrent des conférences publicitaires gratuites à l’Ordre des Architectes et la Région entérine en catimini leur projet dans une enquête publique en cours du SDRIF, secrète ! Oui, nous avons honte, mais nous aimons tellement ce monde rêvé de l’enfance innocente.

VOUS SOUHAITEZ REAGIR