Projets Prix

Le palmarès 2012 de la Fondation Jacques Rougerie

Découvrir les Jules Verne, Gustave Eiffel, Ferdinand de Lesseps de demain est l’objectif affiché des prix de la Fondation Jacques Rougerie – Génération Espace Mer – Institut de France. Lancé en 2011, ce concours annuel s’adresse aux étudiants des écoles d’architecture, d’ingénieurs, de design afin de d’encourager les jeunes esprits inventifs à affirmer leur vocation et réaliser leurs rêves.

Parmi 62 candidatures reçues dont une vingtaine de l’étranger, le jury présidé par Claude Parent a décerné trois prix dotés de 10 000 € chacun, et plusieurs mentions.

Dans la catégorie « Architecture, technologie et design de la mer », a été déclaré lauréat le projet Lady Landfill Skyscraper – qui renverse la tour Eiffel pour en faire un centre de recyclage flottant des déchets polluants les océans – conçue par l’équipe de Milorad Vidojevic, Milica Pihler et Jelena Pucarevic, architectes diplômés de l’université de Belgrade (Serbie) qui avaient déjà obtenu  une mention d’honneur en 2011. Mention spéciale à Gianluca Santosuosso, architecte (Italie) pour le MORPHotel, un hôtel de luxe flottant, et prix « Coup de cœur Paul Maymon » à Boris Lefèvre et Charly Duchosal, étudiants Ecole Spéciale d’architecture, Paris, pour Incontinences plastiques, un dispositif d’habitat  constitué de sphères flottantes.

 

 

Dans la catégorie «  Architecture, technologie et design de l’espace », le projet lauréat de Station Autonome Modulaire de Teïva Bodereau et Cédric Bodereau, respectivement architecte et ingénieur, est un équipement spatial composé de modules géométriques articulés. Le Coup de cœur a été décerné à Guillaume Prunier, étudiant à l’ENSA Paris-Malaquais, pour le module « Une goutte d’océan ».

 

 

Dans la catégorie « Architecture et problématique de la montée des eaux », le prix a été décerné à Thalassophilantropy qui propose des bâtiments flottants répondant aux contraintes de la montée des eaux dans les villes en bord de mer, un projet de Ken Olthuis, architecte (Pays-Bas) fondateur de l’agence d’habitat marin Waterstudio, avec Mahtab Akhavan (Iran), Laura Weiss (Espagne) et Alexandre Voegelé (France). Mention spéciale à Vincent Niccoli et Gabriel Bourdert, étudiants à l’INSAA, Paris pour des îles flottantes aux Maldives et Coup de cœur à Marion Ottmann, Margaux Leycuras et Anne-Hina Mallette, ENSA Nantes pour Hydropolis, un projet de répartition de l’eau du lac Nasser pour une « ville fleuve » sur le Nil.

 

 

Cet ensemble de projets – d’inspiration très diverses, relève plus de la science-fiction que du développement durable. Il démontre certes une prise de conscience de jeunes créateurs de la génération montante, mais l’urgence va imposer de prendre à bras le corps la réalité de la montée des eaux et du péril qui menace de nombreuses villes côtières.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Les nouveautés produits
Retrouver tous les produits
Newsletters
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X