Actualité

Alerte sur la profession d’architecte!

Service Architecture et Urbanisme | 12/06/2013 | 12:03 | Profession

Agrandir la photo © Christophe Demonfaucon / Cnoa
Lionel Carli, président du conseil national de l’ordre des architectes

1 commentaire

Le président du Conseil national de l’Ordre des architectes, Lionel Carli, s’inquiète de l’impact sur la profession de la « recommandation » formulée par le Conseil de l’union européenne sur le « programme national de réforme de la France pour 2013″…

Alerte rouge, pas moins! Dans une tribune publiée sur le site de l’Ordre des architectes, Lionel Carli, président du Conseil national de l’institution (Cnoa), fait part de sa vive inquiétude suite à la publication par la commission européenne de sa "recommandation" - approuvées par le Conseil de l’union - sur le "programme national de réforme de la France pour 2013".

 

Néolibéralisme

 

Cette recommandation met en exergue les faiblesses - réelles ou supposées - de l’économie française. Elle pointe explicitement les professions réglementées (taxis, infirmiers, avocats, etc.) comme "pesant sur la concurrence et tendant à faire grimper les prix". Mais, loin d’être une "énième déclaration en faveur du néolibéralisme cher à la Commission, cette recommandation a été approuvée par l’ensemble des états-membres, souligne Lionel Carli, et les observations et instructions qu’elle contient ont un impact décisif sur les facilités budgétaires que peut nous accorder ou pas l’Europe".

 

Concurrence loyale

 

"Serions-nous dans l'oeil du cyclone?" s'interroge Lionel Carli, joint par Le Moniteur. La menace sur la profession d’architecte - et le cadre dans lequel elle s’exerce - peut sembler sérieuse, même si elle n’est pas expressément mentionnée dans le document. Loin de tout corporatisme - "L'Ordre ne défend aucun pré carré" souligne-t-il - et en parfait accord avec les syndicats, Lionel Carli entend "combattre cette idée reçue que la réglementation est source de malthusianisme, de rente, et ne profite donc qu’aux professionnels". Il va plus loin : "Il faut rappeler à tous nos interlocuteurs, parlementaires, membres de cabinets ministériels, fonctionnaires que la réglementation protège le consommateur et permet aussi de lutter contre la hausse des prix en organisant une concurrence loyale entre les professionnels". Et d'ajouter que "l'Ordre garantit des compétences acquises et actualisées par la formation continue, encadre la profession, et diffuse la culture architecturale". Sans oublier qu'il peut être saisi en cas de litige.

 

Pé-da-go-gie

 

Dénonçant des "des présupposés et des amalgames hâtifs" Lionel Carli craint que cette recommandation conduise à "remettre en cause les conditions d’accès et d’exercice à notre profession". Prônant un lobbying qui se veut avant tout un "effort de pédagogie à l’égard de tous nos interlocuteurs", le président du Cnoa appelle à la vigilance et souligne l’impérieuse nécessité du "maillage territorial" par les élus des conseils régionaux de l’Ordre.

 

Service Architecture et Urbanisme | Source LE MONITEUR.FR

 
  • Denis Dessus |

    les architectes, trop bons élèves de l'Europe

    Non, ce ne sont pas les professions réglementées qui sont mises en cause dans ce rapport, mais les conditions de concurrence défaillantes dans l’intérêt du consommateur : concurrence bloquée (taxis), répartition géographique du marché (pharmacies), entente tarifaire (taxis, professions médicales). A contrario, les architectes sont soumis entre eux, et au contraire de la plupart des professions réglementées évoquées dans le rapport, à une concurrence sauvage, qu’il n’y a pas de barême ni de grille de rémunération etc. La mobilité intra-européenne et internationale est un fait acquis. Les architectes français sont donc les bons élèves de l’Europe. Trop d’ailleurs car cela se traduit par une crise terrible, un dumping généralisé, une destruction massive d’emplois, le choix du moins cher et non du meilleur. L’interdiction de la vente à perte préconisée est d’ailleurs incompréhensible.

VOUS SOUHAITEZ REAGIR