Actualité

Transports urbains : l’État débloque 450 millions d’euros

Thaïs Brouck | 11/01/2013 | 17:56 | Transport et infrastructures

Agrandir la photo © Mairie de Paris / RATP
Mobilier

L'enveloppe de 450 millions débloquée par l'Etat aidera les villes à s'équiper de tramways, de bus à haut niveau de service ou encore de téléphériques.

1 commentaire

Frédéric Cuvillier, le ministre des Transports, a lancé, le 11 janvier, le troisième appel à projets en direction des collectivités locales pour les aider à réaliser leurs projets de transport en commun en site propre. L’enveloppe consacrée est de 450 millions d’euros.

450 millions d’euros, c’est le montant qui était réclamé par la Groupement des autorités responsables des transports (Gart). L’annonce de Frédéric Cuvilier, ministre des Transports, lors du premier Comité stratégique de la filière ferroviaire à Petite-Forêt (Nord), le 11 janvier doit donc les satisfaire. Très attendu par les collectivités, mais aussi par tous les professionnels du secteur des travaux publics, le troisième appel à projets pour les transports en commun en site propre est enfin lancé. Cette enveloppe de 450 millions aidera les villes à s'équiper de tramways, de bus à haut niveau de service ou encore de téléphériques.

 

Amélioration de la performance des sillons

 

Le Comité stratégique de la filière ferroviaire était présidé par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, venu accompagné de Frédéric Cuvillier donc et de Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur. D’autres annonces ont été faites à cette occasion. Elles concernent notamment l’amélioration de la performance des sillons de fret ferroviaire grâce  à la modernisation prévue dans le plan rail lancé le 15 octobre dernier. En parallèle, un appel à manifestation d’intérêt a été lancé, avec une enveloppe de 40 millions d’euros, en direction des entreprises de l’industrie ferroviaire, pour soutenir la recherche et développement et la production des projets les plus innovants. 

 
  • zelectron |

    Tramways suspendus

    Quel dommage que l’accent ne soit pas porté sur par exemple le « SAFEGE » ! et bien d’autres équivalents qui constituent une solution permettant de conserver en l’état la quasi totalité des voies de circulation et évite les expropriations pharaoniquement coûteuses (mais peut-être qu’ils s’agit d’intérêt majeurs concomitants pour les bonnes œuvres ?)

VOUS SOUHAITEZ REAGIR