Industrie/Négoce

Fenêtres et économies d’énergie : le coefficient Uw de transmission thermique tient la première place

Une étude réalisée par le bureau d’études thermiques Tribu Energie à la demande de l’Union des Fabricants de Menuiseries Extérieures révèle que le coefficient Uw mesurant la performance thermique de la fenêtre devance le coefficient Sw mesurant les apports solaires de la paroi vitrée dans la recherche de performance énergétique.

Dans un contexte de course effrénée à l’optimisation des performances thermiques des menuiseries extérieures et de réglementations environnementales de plus en plus exigeantes,
l’ »Etude RT 2005 du couple Uw/Sw des fenêtres » (1) permet aux industriels de déterminer sur quel coefficient faire porter leurs efforts de recherche afin de concevoir LES fenêtres de demain, en cohérence avec les exigences de performances énergétiques en vigueur et à venir.
D’une manière générale, l’étude révèle que l’influence du coefficient de transmission thermique des fenêtres (Uws) est prédominant. En effet, la diminution du Uw de 1 W/m².k permet d’économiser plus de 5% sur la consommation d’énergie primaire du bâtiment. On peut retenir aussi que la mise en œuvre des menuiseries extérieures a une importance significative sur la Cep (Consommation d’énergie primaire du bâtiment dans son ensemble).
Le coefficient mesurant les apports solaires de la paroi vitrée d’une fenêtre (Sw) intervient en deuxième ordre dans les économies d’énergie. Il est constaté que le passage d’une fenêtre avec un Uw de 1,8, à une fenêtre très performante (équipée d’un double vitrage ou d’un triple vitrage) permet un gain de consommation d’énergie de 3 à 12%.
Quand au facteur solaire Sw, il autorise des gains sur le Cep de 1,5 à 5% en moyenne.
Il convient de choisir une fenêtre en fonction du couple Uw / Sw avec le Uw le plus petit possible. Le Sw sera déterminé en fonction de la situation géographique et de l’exposition de l’habitat.
F. Vergne

(1) L’étude RT 2005 du couple Uw / Sw des fenêtres a permis d’analyser l’influence des facteurs Uw et Sw des fenêtres sur le calcul du Cep (Consommation d’énergie primaire du bâtiment dans son ensemble). Les différentes simulations ont été réalisées sur 3 zones climatiques représentatives (H1b – Paris , H2b – La Rochelle et H3 – Marseille), et sur 5 typologies de bâtiments : maison individuelle neuve classique, maison neuve bioclimatique, maison rénovée, immeuble neuf et immeuble collectif rénové. Les prestations d’enveloppe pour chaque bâtiment relèvent du niveau RT 2005.

Newsletters
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X