Industrie/Négoce

Domotique : un marché de masse … après 2015

Selon une étude du BSRIA, le marché européen des équipements domotiques -estimé à 487,4 millions d’euros- est en pleine transition. D’un positionnement de niche en 2010 (haut et moyenne gammes représentant 60% des ventes) il devrait prendre une dimension de marché de masse à partir de 2015.

Entre fantasme et déception, le marché de la domotique succite bien des interrogations quant à l’ampleur de son futur développement, à la fois technologique et en termes de valeur. Après des années de promesses non tenues, ce segment revient à nouveau au-devant de la scène en promettant l’eldorado. Qu’en est-il concrètement ? Selon une étude du BSRIA*, ce marché est largement dominé par les produits de pilotage intelligent des équipements de la maison.

Désigné sous le terme de Smart Home Market, ce segment pesait 370,7 millions d’euros en chiffre d’affaires « produits » fin 2010 en Europe (et 529,6 millions d’euros en intégrant les opérations d’installation). Bref une simple niche, mais en progression de 18% sur la période 2008/2010. « Malgré le nombre de produits lancés sur ce marché et l’attention des consommateurs pour ces solutions, le prix est encore une barrière importante à l’évolution de ce segment vers un statut de marché de masse », note l’auteur de l’étude Gambi Chiang.

 

Sur le seul segment résidentiel, les applications de luxe représenteraient 68% du chiffre d’affaires. Et, paradoxalement, dans les bâtiments BBC ou BePos la domotique serait, également, sous-représentée. Mais, selon Gambi Chang, si « la grande majorité des applications concernent seulement la gestion de l’éclairage et de l’occultation, de plus en plus de systèmes de contrôle intégrant également le chauffage sont installés. »

 

Vers un standard unique KNX ?

 

L’offre (dominée par les industriels allemands qui s’octroieraient 65% de parts de marché en Europe) est donc amenée à se simplifier et à se standardiser, afin d’abaisser le coût pour l’utilisateur final. Déjà, 68% du marché travaillerait avec le standard KNX. Autre facteur déterminant selon l’étude : l’intégration des technologies sans fil et le déploiement des applications smartphones. De même, l’étude pointe du doigt la nécessité des installateurs à se former à ces nouvelles offres pour vraiment le faire décoller.

 

Un segment d’avenir du marché domotique, évalué par BSRIA à 30,5 millions d’euros en 2010 mais promis à beau développement avec 115,7 millions d’euros attendus en 2013, regroupe les systèmes de gestion de l’énergie. Là encore, l’Allemagne est en tête des applications avec 150 000 résidences équipées, le plus souvent sur des projets pilote. Car  les stratégies des énergéticiens sont déterminantes sur ce marché, ces équipements étant censé récupérer et traiter les données de consommation énergétiques pour les fournisseurs d’énergie et pour les occupants des bâtiments. Au niveau du continent, 10% des ménages seraient dotés de systèmes de gestion de l’énergie (Home Energy Management System), la plupart utilisant le standard ZigBee.

 

Se concentrer sur la gestion de l’énergie

 

Le dernier segment de marché abordé par BSRIA, les systèmes de contrôle du confort dans le logement (essentiellement chauffage et ventilation), est évalué à 86,2 millions d’euros. Avec un taux de pénétration plus élevé de ces produits, ce marché apparaît plus mature et déjà bien maîtrisé par les acteurs non professionnels en Europe (pure players et GSB).

Ainsi, au final, l’enquête donne des axes de travail pour faire émerger la domotique dans la cour des « grands marchés » : se concentrer sur la gestion du confort et de l’énergie. Le multimédia et la sécurité étant alors destiné à rester des activités de spécialistes.

*Building Services Research and Information Association

Newsletters