Entreprises de BTP

Eiffage se voit interdire l’utilisation du nom Eiffel par la famille du célèbre ingénieur

Le groupe de BTP ne pourra plus utiliser le nom Eiffel pour sa filiale de construction métallique. Ainsi en a décidé le tribunal de grande instance de Bordeaux, le 7 janvier dernier. Eiffage, qui peut faire appel de cette décision, ne souhaite faire aucune déclaration pour l’instant.

Les descendants du constructeur Gustave Eiffel, réunis en association, ont obtenu de la justice l’interdiction du port du patronyme de leur aïeul par la filiale de construction métallique du groupe Eiffage, nous apprend le quotidien Sud-Ouest.

« Il y a, dans cette affaire, deux légitimités, l’une industrielle et l’autre familiale, et nous avons probablement péché par absolutisme juridique », a déclaré Jean-François Roverato, P-DG d’Eiffage au journal Le Monde. Le groupe de BTP a encore la possibilité de faire appel de la décision. Dans le cas contraire, l’entreprise disposera de trois mois pour faire disparaître le mot « Eiffel » de sa raison sociale, de sa dénomination commerciale et de toutes les marques comprenant ce nom.

Cette décision est d’autant plus difficile à avaler pour Eiffage que c’est le groupe de BTP lui-même qui avait assigné l’arrière-arrière-petit-fils du constructeur, Philippe Coupérie-Eiffel, pour lui interdire d’utiliser des marques comprenant le nom d’Eiffel.

C’est un document historique produit par les héritiers d’Eiffel qui a motivé la décision du tribunal. Un procès-verbal de l’assemblée générale de la société anonyme Compagnie des établissements Eiffel daté du 1er mars 1893. Souhaitant rompre définitivement avec sa Compagnie, Gustave Eiffel avait annoncé son retrait aux actionnaires. « Pour marquer de la façon la plus manifeste que j’entends désormais rester absolument étranger à la gestion des établissements qui portent mon nom, je tiens expressément à ce que mon nom disparaisse de la désignation de la société » est-t-il précisé dans ce procès verbal.

Plus de 100 ans plus tard, sa volonté est en passe d’être exaucée. Si la décision est exécutée, cela représenterait un sérieux préjudice pour le groupe de BTP qui se présente comme un héritier des activités d’Eiffel et qui revendique sur son site la création de la célèbre Tour.
Si le major français peut se prévaloir de nombreuses réalisations prestigieuses comme le viaduc de Millau bien sûr, mais aussi le Viaduc de la Grande Ravine sur l’île de la Réunion ou la structure de la pyramide du Louvre, la Tour Eiffel est une référence historique unique et une formidable carte de visite pour les marchés à l’export.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • Christian Laroche - Le

    Roverato mets toi au boulot

    EIFFAGE essaie d’utiliser un nom universel "Eiffel" EFFAGE a déposé l’expression "Précarité énergétique". EIFFAGE pense que l’utilisation de noms connus suffit pour faire de bonnes constructions. MONSIEUR LE PDG, faites du BTP, pas de la LINGUISTIQUE
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X