Energie

La centrale solaire Thémis renaît de ses cendres

Mots clés :

Energie renouvelable

-

Politique énergétique

Vingt ans après l’abandon de ses activités par EDF, la centrale solaire Thémis de Targassonne, près de Font-Romeu (Pyrénées-Orientales) produit de nouveau de l’électricité, indique mardi un communiqué du maître d’oeuvre, la société Tecsol.

Thémis, dont l’idée avait été lancée en 1980 pour faire face aux chocs pétroliers, a produit du courant sur un principe thermodynamique jusqu’en 1983, par concentration de l’énergie solaire sur le haut d’une tour, à l’aide de 200 miroirs tournant avec le soleil (héliostats).
La baisse du prix du pétrole avait signé la mort de Thémis en 1986, après 400 millions de francs d’investissements et trois ans d’exploitation.
Les chercheurs de CNRS du site ont maintenu une activité sur le site jusqu’en 2004 pour des observations sur les trous noirs.

Sous l’impulsion du Conseil Général, propriétaire du site, avec l’accompagnement de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) et labélisé par le pôle de compétitivité régional Derbi (Développement des Énergies Renouvelables dans le Bâtiment et l’Industrie), la centrale développe de nouveau depuis jeudi une puissance de 30 kWc (kilowatts-crête), pour une surface de 200 m2 de 4 capteurs photovoltaïques. Elle a été raccordée au réseau EDF.
Six mois de tests, notamment en hiver, permettront de configurer au mieux la centrale photovoltaïque, qui devra mettre en oeuvre 80 héliostats pour une puissance finale de 600 kWc (équivalent de la consommation de 350 foyers).
Sous l’égide du CNRS l’autre moitié des héliostats, soit une centaine, seront consacrés à la production d’énergie thermodynamique d’ici 2010.

Newsletters