Energie

Sur quoi l’Ademe mise les milliards des investissements d’avenir ?

Mots clés :

Innovation - recherche et développement

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) est chargée d’investir 2,3 des 35 milliards alloués par l’Etat aux investissements d’avenir. A l’occasion du Forum Ademe des innovations, qui se tient le jeudi 20 juin à Paris, tour d’horizon d’innovations qui ont été sélectionnées et vont bénéficier d’un soutien financier.

 

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) avait l’habitude de soutenir des projets de recherche innovants. Depuis début 2011 et le lancement des investissements d’avenir, l’établissement public  se penche plus en aval des développements. Pour bénéficier de l’argent alloué par l’Etat dans le cadre des investissements d’avenir, les porteurs de projets doivent approcher de la phase de commercialisation. Le milliard d’euros d’ores et déjà investi dans une centaine de projets, sélectionnés suite à des appels à manifestation d’intérêt, sert dans la plupart des cas à soutenir la mise en place de démonstrateurs. «C’est une étape clé, financièrement risquée, qui nécessite beaucoup d’argent. Or, le capital risque est aujourd’hui malade» explique Jean-Guillaume Péladan, directeur des investissements d’avenir au sein de l’Ademe. Il précise que l’établissement public apporte « une aide proportionnelle au succès du projet». Autrement dit, si le projet rencontre un succés, les porteurs du projet rembourseront l’Ademe a minima à hauteur de la somme  octroyée ; en cas d’échec commercial, les porteurs ne devront rien.
Signe que le marché est prometteur, la sélection de l’Ademe fait la part belle à l’énergie éolienne.

 

 

Eolienne  flottante, un marché océanique

 

 

Projet retenu dans le cadre de l’appel à manifestation d’interêt  «Energie marine renouvelable», VertiWind associe la multinationale Technip à la PME nordiste Nenuphar dans le but de mettre en place un démonstrateur d’éolienne flottante à axe vertical d’une puissance de 2 mégawatts (à titre de comparaison les éolienne offshores qui seront implantés dans la Manche et qu’Alstom va fabriquer seront de 6MW) et culminant à 90m au-dessus du niveau de la mer.

L’avantage du concept, sur lequel les japonais se penchent également, à la suite de l’accident survenu à  la centrale nucléaire de Fukushima, repose sur son absence d’ancrage dans les fonds marins.

Le marché de l’éolien en mer est aujourd’hui limité aux zones où la profondeur n’excède pas une trentaine de mètres. Il s’agit donc d’offrir une solution éolienne offshore aux pays du pourtour méditerranéen ou encore aux Etats-Unis et au Japon, où les profondeurs des fonds marins sont nettement plus importantes qu’au large du littoral du nord de l’Europe.

Autre projet lauréat annoncé par Louis Gallois, Commissaire général à l’investissement, jeudi 20 juin lors du Forum Ademe des innovations, le projet Pale discrète (PaDis) offre la perspective de nouvelles zones d’implantation pour l’éolien terrestre  et donc de nouveaux marchés. Il vise à concevoir des éoliennes dont le mouvement des pales n’interfère pas avec les radars météorologiques, problème qui bloque l’implantation de mats.

 

 

Réseaux intelligents, la France en pointe

 

 

Autre lauréat retenu dans le cadre l’appel à manifestation d’interêt « Réseaux électriques intelligents », le projet GreenLys est un test grandeur nature de gestion intelligente des flux d’électricité. Un nombre significatif de sites de consommation constituera la partie aval du démonstrateur : 1000 habitations équipées de systèmes de chauffage électrique et de compteurs communicants Linky et d »Energy box’ ainsi que 40 sites tertiaires, divisés à parts égales entre une zone urbaine de Lyon et une autre à Grenoble. Le démonstrateur devra prouver que l’on peut donner de la flexibilité au système par de courts effacements chez les clients (chauffage électrique) ou par du report (ECS par exemple), favoriser la gestion active de la demande d’électricité et de la production répartie et diminuer les coûts d’approvisionnement les jours de pointe par de l’effacement programmé.

« Si nous ne sommes pas en avance sur les compteurs communicants, nous sommes très bons sur la gestion en amont et en aval du compteur électrique, indique François Moisan, directeur exécutif de la stratégie et de la recherche à l’Ademe. Dans ce domaine, les USA sont attentifs à nos avancées ».

 

 

Bâtiment, »peut mieux faire »

 

 

Dans le secteur du bâtiment, les projets proposés ne sont pas à la hauteur des espérances de l’Ademe. « L’articulation entre l’innovation et la réglementation de la construction n’est pas facile », constate  François Moisan, directeur exécutif de la stratégie et de la recherche à l’Ademe. Ce dernier regrette que les grands groupes du secteur ne se soient pas associés avec des PME pour proposer de nouveaux développements.

Le dernier appel à manifestation d’intérêt  « Bâtiments et îlots à énergie positive et à bilan carbone minimum » a tout de même permis à l’Ademe de repérer un projet d’industrialisation de la rénovation. Criba (pour construction et rénovation industrialisées bois acier) vise à établir une solution technique industrialisée pour la rénovation des immeubles collectifs intégrant le traitement des façades et des toitures, l’isolation, l’amélioration architecturale, la production et la gestion des énergies.

Autre projet retenu, la construction d’un data-center où la ventilation naturelle suffit à rafraîchir des équipements informatiques qui nécessitent d’ordinaire d’importants besoins  en climatisation et où la chaleur fatale est récupérée via une turbine aéraulique.

Il faudra attendre encore plusieurs années, pour voir si les démonstrateurs aboutissent  à des succès industriels. Le temps dira si l’Ademe avait vu juste dans ses choix.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Newsletters