Energie

Rénovation énergétique : « les certificats d’économie d’énergie, ça marche ! »

Mots clés :

Performance énergétique

-

Politique énergétique

-

Administration

Alors que les décisions du gouvernement concernant la 3ème période 2014-2016 des certificats d’économie d’énergie sont attendues avec impatience et face à certains opérateurs, EDF en tête, qui mettent en doute l’efficacité du système en résidentiel, la société Economie d’Energie prouve, à travers une enquête, que le dispositif des CEE est un excellent moteur de la rénovation énergétique.

A la tête d’Economie d’Energie SAS, société de conseils en efficacité énergétique,  Myriam Maestroni peut se réjouir : l’enquête qu’elle a commandée avec l’Ademe à TNS Sofres montre que le dispositif des CEE se révèle fortement incitatif pour réaliser des travaux de rénovation énergétique.

Cette enquête a été menée du 22 au 24 janvier dernier  auprès de 1226 clients d’Auchan, enseigne qui a mis en place avec Economie d’Energie SAS un programme d’accompagnement, lequel a permis de financer en deux ans plus de 165 000 travaux de rénovation énergétique soutenus par une prime éco-énergie.
Elle révèle que 97% des bénéficiaires plébiscitent ce dispositif et le recommandent. Le programme mis en place leur a permis de bénéficier d’un soutien financier, d’informations et de conseils dans la réalisation de leurs travaux de rénovation énergétique. D’ailleurs, 61% d’entre eux déclarent que l’accompagnement proposé a été un facteur décisif ou important pour réaliser leurs travaux.

Ceci est d’autant plus important que 60% n’ont bénéficié d’aucune autre aide financière pour réaliser les travaux.  72% des bénéficiaires estiment également que les informations mises à leur disposition ont eu un impact dans leur projet de rénovation pour atteindre l’objectif de réduction de leur consommation énergétique. Pour Myriam Maestroni, cette enquête « confirme bien que, lorsqu’il est bien compris et utilisé, le dispositif des CEE est une façon innovante d’atteindre l’objectif de réduction de la consommation énergétique française de 20% d’ici 2020 ».

D’une moyenne de 424 euros, la prime est avant tout obtenue au titre de la réalisation de travaux de chauffage (68% des cas), dont une majorité d’installation de chaudières individuelles de type condensation (44%). Les travaux d’isolation ne concernant que 27% des cas.

Focus

165 000 travaux de rénovation énergétique financés grâce à « Economie d'Energie »

Grâce aux programmes développés avec ses partenaires, la société « Economie d’Energie » a déjà permis d’accompagner 65 000 travaux de rénovation énergétique en 2011 et 100 000 en 2012. A ce jour, la démarche engagée par « Économie d’Énergie » a permis d’enregistrer une économie d’énergie totale  de 19 tWh Cumac (7 tWh Cumac en 2011 et 11,7 tWh Cumac en 2012). Pour 2013, l’entreprise se fixe comme objectif de générer 19 tWh Cumac d’économies, soit 1,6 tonne d’équivalent pétrole. Parmi les partenaires de la société, citons Auchan, Leclerc, Mr. Bricolage, Total pour les plus anciens. D’autres structures lancent actuellement leurs programmes, telles que Schneider, Rexel, Castorama, Avia et  la chambre FNAIM Paris IDF dans le secteur de l’immobilier.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • Fred55600 - Le

    La réalité ... loin des statistisques !

    Derrière ces belles statistiques, il y a de l’humain, du retour d’expérience et une réalité qui est à des années lumières des belles publicités … Meusien, j’ai effectué des travaux de chauffage (remplacement chaudière fuel par chaudière à granulés de bois) fin 2009 avec un partenaire EDF Bleu Ciel.Société par ailleurs certifiée Qualibois. Ces travaux se sont révélés un véritable cauchemar bien loin du sérieux, des garanties et de la tranquillité tant vantés dans les différentes publicités et chartes. En résumé : matériel non conforme, Hors-Service du fait d’un partenaire certifié mais manifestement incompétent, aucun accompagnement dans mon projet, contrôle inefficace et 3 hivers avec des enfants dans le froid. Le seul organisme qui s’inquiète de ma situation reste Domofinance qui ne sait répondre aux courriers qu’au bout de 6 mois et 3 recommandés mais qui a la première mensualité de crédit rejetée sait, immédiatement, dire que le contrat prévoit une majoration de +8% …
  • STMONITEUR - Le

    CEE et pratiques anticoncurentielles

    Voici de quoi fortement intéresser la DGCCRF. Les règles minimales de mise en concurrence sont bafouées par les propositions commerciales adressées spontanément par les prestataires privés (ex : spécialiste en isolation) aux maîtres d’ouvrages publics (ex : Commune propriétaire de bâtiments). Le coût d’intervention est certes ramené à 0€ par le jeu de remises prises en charge par les partenaires intéressés par les Certificats d’Economie d’Energie (ex : Total Raffinage Marketing) mais les entreprises locales ne bénéficient pas de tels partenariats, sont éliminées d’office, ni même consultées. Personne ne dit rien, au motif qu’une facture ramenée à 0€ ne serait pas un marché… ! Et l’on vous renvoie sur la loi POPE qui ne prévoit rien en termes de mise en concurrence. Qui se plaindra ? Les artisans ne sont même pas au courant. D’ailleurs, cette réaction ne sera pas publiée non plus, comme d’autres émises précédemment…
  • STMONITEUR - Le

    Certificat d'économie d'énergie et DGCCRF

    Voici qui devrait intéresser la DGCCRF : les propositions commerciales spontanées de prestataires privés (ex : spécialiste en isolation) se trouvent ramenées à 0€ par le jeu de remises prises en charge par les partenaires intéressés par les Certificats d’Economie d’Energie (ex : Total Raffinage Marketing). S’adressant à la maîtrise d’ouvrage publique (ex : commune propriétaire de bâtiments), les règles de mise en concurrence sont ainsi bafouées. Les entreprises locales ne bénéficient pas de tels partenariats sont éliminées, ni même consultées. Le seul argument présenté serait qu’une facture ramenée à 0€ ne serait pas un marché… ! Et l’on vous renvoie vers la loi POPE ne prévoyant rien à ce sujet. Qui se plaindra ? Les artisans ne sont pas même au courant. D’ailleurs, cette réaction ne sera pas publiée non plus, comme d’autres émises précédemment…
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X