Energie

Exit le BBC, place au Bepos: le nouveau label dévoilé

Mots clés :

Démarche environnementale

-

Performance énergétique

-

Réglementation technique

Mère du label BBC, l’association Effinergie vient de donner naissance à un label baptisé « Bepos » pour bâtiment à énergie positive. En exclusivité, LeMoniteur vous présente les exigences du nouveau label qui est à la RT 2012 ce que le BBC fut à la RT 2005.

L’association Effinergie doit dévoiler, ce jeudi 21 février, au salon « Be Positive » à Lyon, son label « bâtiment à énergie positive » dit « Bepos ». Attendu, ce nouveau label va permettre de faire le ménage parmi la flopée de projets autoproclamés à énergie positive.

Son principe général est simple, la consommation d’énergie non renouvelable doit être inférieure à la production renouvelable, le tout en énergie primaire et en prenant en compte tous les postes, les 5 réglementaires – ventilation, éclairage, ECS, chauffage et auxiliaires – et l’électrodomestique. Ainsi, des bâtiments comme la « maison Saint-Gobain Multi-Confort » implantée en bordure d’Angers ou celles du projet « Villavenir + Atlantique » à Nantes ne pourront prétendre au nouveau label car seules les consommation des 5 postes réglementaires ont été prises en compte pour aboutir à un bilan énergétique nul. Autrement dit, les maîtres d’ouvrage qui veulent bénéficier de l’appellation « énergie positive » ne pourront désormais plus ignorer les électrons nécessaires au fonctionnement des appareils électroménagers et bureautiques.

 

Un écart à l’énergie positive accepté


Toutefois, en fonction du type de bâtiment, de son implantation géographique et du nombre d’étages, un écart à l’énergie positive est accepté. Dans les climats rigoureux, des bâtiments pourront bénéficier du label même si leur consommation non renouvelable est supérieure à la production renouvelable. Pour peaufiner la formulation mathématique  de cette tolérance, Effinergie a testé ses facteurs de modulation sur plus d’une soixantaine de projets.

 

 

 

 

Ainsi, un projet d’implantation d’un immeuble de logements de 6 étages en Ile de France aura droit de bénéficier du label Bepos si sa consommation non renouvelable dépasse sa production renouvelable de 74 kWh d’énergie primaire par m² et par an (kWhep/m²/an). Il en est de même pour un bâtiment de bureaux de 7 étages, situé à Lyon, qui consommerait 115 kWhep/m²/an non renouvelable de plus qu’il ne produit.

La maison Zen, pour zéro énergie nette, (qui accueille depuis plus de cinq ans le bureau d’études Cythélia), située sur le territoire de la communauté d’agglomération de Chambéry, pourra prétendre à l’appellation Bepos. Le label tolère pour ce bâtiment, du fait de son implantation en climat montagnard, une balance énergétique négative de 20kWep/m² /an. Or, la production d’électrons de sa toiture, recouverte de photovoltaïque couche mince sur les deux versants, équivaut à la consommation de la maison, uniquement alimenté en électricité. En revanche, le même bâtiment installée dans le Vaucluse devrait, pour être estampillée « à énergie positive », afficher une balance positive de 25 kWhep/m².an.

 

 

 

Du bâtiment au quartier à énergie positive

Le bilan énergétique peut s’appliquer à un bâtiment ou sur l’ensemble du projet visé par le permis de construire ou le permis d’aménager.
Dans le cas d’une maison individuelle, la production de panneaux photovoltaïques installés sur un abri de voiture indépendant sera prise en compte et, pour les projets de plus grande taille, il est possible de raisonner sur plusieurs bâtiments (seule la production issue de panneaux photovoltaïques installés au sol ne sera pas comptabilisée). C’est le cas pour l’immeuble de bureaux Woopa et les immeubles de logements implantés sur la même parcelle à Vaulx-en-Velin en bordure de Lyon. Pour aller vers l’énergie positive, les consommations et les productions des différents bâtiments de l’îlot ont été interconnectées. La chaudière à cogénération installée dans Woopa produit l’eau chaude sanitaire des logements tout en livrant simultanément l’électricité nécessaire aux équipements informatiques des bureaux.

Lire notre article « Woopa sera-t-il le premier immeuble tertiaire réellement à énergie positive? »

Mais, si Sébastien Delmas, en charge des aspects techniques au sein d’Effinergie, souligne « ce cas d’école », il estime que, dans un premier temps, le label Bepos sera destiné aux bâtiments seuls et rarement  aux îlots. « Le permis d’aménager n’est pas, contrairement au permis de construire, accompagné d’une étude thermique. Les maîtres d’ouvrage de projet d’aménagement ne se tourneront donc pas spontanément vers le label », explique-t-il.

 

 

Aucune obligation de résultat sur l’énergie grise et la mobilité

 

Toutefois, le label Bepos ne se résume pas au bilan énergétique. Les maîtres d’ouvrage qui souhaiteront  prétendre au label Bepos devront également respecter les obligations du label « Effinergie+ » qui, concernant la perméabilité à l’air, exige, dans le collectif, que le débit de fuite d’air à travers l’enveloppe du bâtiment, sous 4 pascals, ne dépasse pas 0,8 m3/h/m².

Sur l’énergie grise, quantité d’énergie nécessaire à la fabrication des matériaux, à la construction et à la déconstruction, le label se limite à contraindre le maître d’ouvrage à délivrer une évaluation qu’il pourra réaliser avec le logiciel de son choix. Il ne précise pas de protocole à respecter et aucune exigence de résultat n’est établie.

Concernant la mobilité, le label ne fixe pas non plus d’obligation de résultats. Effinergie apporte actuellement la dernière touche à un outil qui devrait être disponible sur son site dans les prochains jours et permettra d’évaluer la consommation d’énergie liée aux déplacements des occupants d’un bâtiment.

«Nous franchissons déjà un cap important en ajoutant la prise en compte des consommations électrodomestiques aux 5 postes réglementaires habituels, explique Yann Dervyn, directeur d’Effinergie. Nous ne sommes pas prêts pour établir des exigences sur l’énergie grise et la mobilité. En revanche, l’obligation d’évaluation permettra d’engranger des informations pour définir des valeurs cibles».

 

Autoconsommation et mesures réelles, des sujets volontairement écartés


Pour Effinergie, «ce label n’est qu’une étape sur la voie de la généralisation des Bepos». C’est pourquoi,  l’association n’intègre pas dans le référentiel de son nouveau label les problématiques de stockage et d’autoconsommation, enjeux liés au caractère intermittent des énergies renouvelables. Elle n’exige par ailleurs aucun niveau de performance en exploitation et se contente de contraindre le maître d’ouvrage à prévoir des procédures de commissionnement de manière à suivre la vie des équipements techniques.

Dans le courant de l’année 2014, un label d’Etat devrait être mis en place, inspiré de celui proposé par Effinergie. Dans sa lettre de cadrage, envoyée fin janvier, Jean-Marc Ayrault demande à la ministre du Logement de mettre en place ce label étatique qui conditionnera l’obtention d’avantages fiscaux dans les années à venir et préparera les acteurs du bâtiment à la future réglementation thermique. En attendant, les organismes certificateurs se préparent déjà à intégrer le référentiel d’Effinergie à leur offre et, au printemps, ils commenceront à proposer la labellisation « énergie positive ».

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • Sam Rac - Le

    chaque chose en son temps

    Il faudrait avant de passer à autre chose avoir une vrai réglementation sur les maisons « passives » et tous ces archi qui vendent sous ce nom des projets qui ne le sont pas. Le mot est vendeur et la certification « passihaus » a bon dos … on utilise les critères mais on ne fait pas certifier le bâtiment (on comprend pourquoi) via des fausses excuses et où les vrai projets passifs sont en concurrence avec ces arnaqueurs qui nuisent franchement à la l’évolution de notre architecture. Donc commençons avant tout label à faire des contrôles et à instauré quelque chose de sérieux avant de foncer tête baissée à la va-vite.
  • CYRIL LEPRETRE - Le

    Réseau de chaleur ?

    Est-ce qu’un réseau de chaleur est un placement pertinent pour alimenter des bâtiments peu énergivores? C’est pour faire cuire les pâtes, la chaleur?
  • CYRIL LEPRETRE - Le

    Quand on a confiance, on s'engage...

    Reste à garantir l’efficacit&é de l’enveloppe thermique. Les R vendus sur le papier doivent faire l’objet d’un engagement contractuel avec le client final. Les problèmes de tassement, perte de gaz… seront alors pris en compte dès le départ. Le client saura ce qu’il achète. EXIGEZ LA GARANTIE THERMIQUE DES ISOLANTS (ce qui n’a rien à voir avec la validation Acermi)
  • Martin Lucas architecte - Le

    Illustrations

    Je constate qu’on utilise encore et toujours une maison individuelle et sa pelouse, non-sens écologique et urbanistique, pour illustrer un article sur la construction écologique. De plus, qui va croire qu’un réseau de chaleur dans un environnement rural, est une option financièrement et écologiquement raisonnable ? Si l’on veut que les mentalités changent en France, et que le culte de la maison individuelle laisse place à une vision plus équilibrée de l’occupation du territoire, il faut commencer par changer l’iconographie.
  • Vergnes - Le

    Réponse à Jonathan Kuhry

    Merci pour votre précision. Il s’agit en effet d’une exigence concernant le logement collectif. La rédaction
  • Jean-Pierre Thomas - Le

    Le BEPos est-il nécessaire... et suffisant ?

    A quoi peut servir un bâtiment qui produit de l’énergie quand on n’en a pas besoin et qui en consomme quand il ne peut pas s’auto-suffire ? Le BEPos est d’un intérêt global et un objectif très relatif par rapport auquel un recul est nécessaire. Un bâtiment auto-suffisant en production-consommation, qui puisse stocker ce qu’il produit et s’auto-réguler serait bien plus pertinent me semble-t-il, et réellement utile à la lutte contre le changement climatique.
  • Jonathan Kuhry - Le

    débit de fuite d'air à 0,8 m3/h/m² ???

    bonjour, cela me parait curieux que le Bepos definisse un débit MAX de fuite d’air à travers l’enveloppe du bâtiment, sous 4 pascals de 0,8 m3/h/m²… A verifier, car pour la RT2012 reglementairement les fuites sont limitees a 0.6 m3/h/m2 pour le logement individuel. Il serait curieux que le label soit MOINS exigeant que la loi…. Peut etre s’agit i il du seuil pour le collectif ? (1 actuellement sous la RT2012).
  • Cythelia - Le

    Maison ZEN

    Quelques précisions concernant la Maison ZEN: après 5 années d’exploitation, la maison est bien ZEN (Zéro Energie Nette), en attestent les compteurs d’achat et de vente d’électricité : 49 435 kWh consommés pour 49 273 kWh produits ! Souhaitons à ce label autant de succès qu’à son prédécesseur!
  • Mathieu RADUCANU - Le

    restons calme

    Eviter de citer des projets dont vous n’avez aucune idée des performances au-delà du dossier de presse fourni. A part de la mauvaise pub cela ne fait pas avancer les projets innovants qui essais de réellement faire avancer les choses. C’est encore loin d’être un label d’état surtout quand on voit les critiques du label BBC+. Ce n’est pas parce qu’Effinergie a sorti un bon « produit » avec le BBC que tout ce qu’il fait est super !!! Restons nuancé sur les labels, travaillons sur la qualité, continuons à réaliser des projets innovants sans se tirer dessus (le mien est mieux…) en apprenant de nos erreurs et sortons un label d’état réfléchit, concerté, pour permettre à tous les acteurs du bâtiment d’évoluer dans le bon sens. Je précise qu’Effinergie à refuser de prendre en compte le retour d’expérience de mon projet « BEPOS » car j’ai eu l’audace de croire qu’il s’agissait d’une opération donnant-donnant…
  • Voir tous les commentaires (9)
    Commenter cet article
Newsletters
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X