Energie

La montée en puissance de la cogénération domestique

Mots clés :

Travail

-

Electricité

Les caves des maisons particulières outre-Rhin abritent en nombre croissant une mini- cogénération, permettant d’assurer à la fois la fourniture de chaleur et d’électricité aux habitations concernées. Grâce aux primes versées par les Pouvoirs publics, ces installations domestiques commencent à s’inscrire dans la transition énergétique.

C’est en fait depuis avril dernier qu’un programme national a été lancé pour encourager le développement de ce type d’équipement. Le nombre de dossiers déposés a dépassé les 2 000 à ce jour, selon la réponse fournie par le gouvernement à une question émanant des Verts. Même si ce chiffre – encore modeste dans l’absolu – ne correspond pas à autant d’installations opérationnelles, il n’en traduit pas moins un réel intérêt, tendant à montrer que « les citoyens prennent en main la transition énergétique », selon Oliver Krischer, expert en énergie pour les Verts.
De telles installations sont considérées comme présentant un meilleur rendement par rapport à un chauffage classique, avec une incidence positive sur les émissions de CO2.

Sur les trois premiers mois du programme (avril-juin), plus de 1 400 dossiers ont donc été déposés, pour 1 196 définitivement acceptés et éligibles à une subvention. Les chiffres de juillet-septembre ne peuvent encore être connus mais entre le 1e juillet et la mi-août, il y aurait eu plus de 2 000 demandes.

 

Budget du programme en 2012 : 10 millions d’euros

 

Les primes d’État, quant à elles, vont de 1 500 à 3 450 euros, en fonction de la puissance de l’installation. À ce jour, 166 000 euros ont déjà été payés, correspondant à 87 dossiers finalisés (les sommes étant versées une fois la cogénération en fonctionnement). Soit une moyenne de 1 900 euros par installation. Le budget alloué cette année au programme est à hauteur de 10 millions d’euros et doit être porté à 20 M€ en 2013, permettant un financement théorique de 10 000 nouvelles installations annuelles.

Le montant de la subvention ne saurait cependant couvrir l’intégralité des coûts à la charge d’un particulier, loin de là même. En se basant sur le cas concret d’une installation (sachant que différentes variantes technologiques sont envisageables) présentée début 2011 sur un salon professionnel à Francfort par Honda et Valiant, le prix serait de l’ordre de 16 000 euros, en partie récupérable sur les moindres factures d’électricité. Avec un amortissement de l’investissement  initial sur une dizaine d’années. Au moins dans l’immédiat, il ne s’agit pas, à l’évidence, d’un marché de masse.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Newsletters