Architecture et urbanisme

Construire de nouvelles tours à Paris ?

Mots clés :

Logement

-

Architecte

-

Architecture

-

Réglementation de l'urbanisme et de l'environnement

A l’occasion de la révision du plan local d’urbanisme (PLU), la municipalité parisienne n’a pas hésité à poser la question « taboue » de la construction en hauteur dans la capitale.

Depuis le POS de 1977, les bâtiments construits à Paris ne peuvent dépasser 25 m de haut en zone centrale, 31 m dans les arrondissements périphériques et 37 m en zone UD (zone opérationnelle). Cette réglementation met un terme à une période de 20 ans au cours de laquelle 158 tours ont été édifiées (22 dans le quartier du Front de Seine, dans le XVe…). Symboles du renouveau urbanistique et architectural de Paris en 1956, lorsque débute la réalisation du « gratte-ciel no 1 » conçu par Edouard Albert, rue Croulebarbe (XIIIe), les tours seront de plus en plus décriées jusqu’à la décision de Valéry Giscard d’Estaing, en 1976, d’interdire un projet de building de 230 m de hauteur, place d’Italie. « Les tours ont été victimes du dogmatisme et du systématisme avec lesquels elles ont été mises en oeuvre, surtout à la fin des années 60, lorsque leur construction s’est ...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5222 du 26/12/2003

Profitez de la richesse iconographique de l’article complet au format numérique : photos, tableaux, plans ... en vous connectant à l’Espace Premium

Voir l’article complet
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X