Aménagement

Feu vert du Conseil d’Etat au prolongement du tramway de Toulouse

Le Conseil d’Etat a donné son feu vert lundi 3 octobre aux travaux de prolongation du tramway de Toulouse en jugeant que le projet, bien que coûteux, présentait de nombreux avantages.

Le Conseil d’Etat a annulé lundi 3 octobre une ordonnance rendue le 1er juin par le juge des référés du tribunal administratif de Toulouse, qui avait infligé un camouflet à la mairie socialiste de la ville en exigeant la suspension des travaux prévus pour la prolongation du tramway, à la demande de riverains et de commerçants réunis au sein de l’APAT. Le TA avait trouvé que ce nouveau tronçon des Arènes au Palais de Justice, doublonnait avec le métro, ne garantissait pas une réduction significative du nombre de voitures et donc ne valait pas l’investissement prévu.

Contrairement au juge de première instance, le Conseil d’Etat a estimé que le prolongement de 3,8 km de la ligne existante servait bien l’intérêt général et que les études d’impact menées en vue du projet étaient suffisantes.

Le coût estimé des travaux de prolongation (120 millions d’euros) pourrait être « regardé comme élevé » mais le projet permet de compléter le maillage du réseau de transports en centre-ville en accueillant un trafic excédant les simples besoins des secteurs traversés, note le Conseil d’Etat.

Il n’est pas non plus possible d’estimer que le nombre prévisionnel de voyageurs sur la ligne aurait été surévalué par les défenseurs du projet ou que l’hypothèse d’un changement de comportement des automobilistes en centre-ville serait dénuée de fondement, ajoute-t-il.

La décision du Conseil d’Etat permettra donc la reprise des travaux sur ce chantier controversé qui prolonge vers le centre de Toulouse la ligne de tramway de 11 km en service depuis décembre 2010. La mise en service de cet équipement censé faire la fierté de Toulouse et enrayer l’engorgement routier grandissant dans et autour de la quatrième ville de France avait été retardée de deux semaines par une grève.

Reste néanmoins au tribunal administratif  a statuer sur la requête en annulation  de l’APAT, en cours d’instruction.

 

Les nouveautés produits
Retrouver tous les produits
Newsletters