Aménagement

Un particulier devient maître d’ouvrage d’un éco-quartier

A Castres, un entrepreneur a acquis 17 hectares de terres constructibles pour y réaliser un nouvel éco-quartier. Des BET à l’architecte-conseil, la chaîne classique d’acteurs est sollicitée pour réaliser 160 logements passifs, respectant le référentiel national des éco-quartiers.

A la tête d’une entreprise de plomberie-chauffage et d’une autre de construction de maisons écologiques (AI4 Construction), Xavier Irigoyen n’était pas novice en matière de construction durable. Il y a deux ans, il a décidé de s’impliquer plus avant, en devenant maître d’ouvrage du quartier «Les Coteaux de Saint-Hippolyte», à l’est de Castres. «C’est d’abord la localisation des terres, au pied des Pyrénées, à proximité du centre de Castres et de la zone commerciale du Siala, qui m’a séduit, raconte-t-il. L’idée était de réaliser un lotissement durable, différent de ce que l’on voit partout».

Le sien sera composé d’un grand parc de 3000 ou 4000m², de prés et de vergers, d’une coulée verte et d’un «mail arboré» le long duquel seront disposées vingt maisons de plain-pied ou en R+1, construites par AI4. Le reste du quartier comprendra des parcelles de 380 à 1000 m² pour d’autres maisons en construction libre, mais aussi quatre macro-lots  (4000/5000m²) accueillant des semi-collectifs, une villa senior et des commerces, ajoutant de la mixité à l’ensemble.

 

Constructions passives

 

La seconde priorité pour Xavier Irigoyen était de réaliser des constructions passives (consommation maximale de 15 kWh/m2.an de chauffage, de 120 kWh/m2.an d’énergie primaire, critères d’étanchéité à l’air), dans le respect des principes des éco-quartiers.

Pour cela, il a choisi comme référentiel la charte de l’appel à projet éco-quartiers de 2011 du MEDDM. «Le calcul était simple, le temps de lancer le projet et les maisons seront réalisées en 2013, soit sept ans avant l’application de la RT 2020. Je me suis dit : pourquoi ne pas s’y mettre dès aujourd’hui? ». Le cahier des charges a été élaboré par la Société Papyrus, et les permis de construire seront validés par l’architecte-conseil Daniel Enguilabert.

C’est sous le statut d’une société par actions simplifiée (SAS Les Coteaux Saint-Hippolyte) que Xavier Irigoyen a acquis les terrains, aux côtés d’un associé qui ne souhaite pas dévoiler son nom. «La mairie a favorablement reçu le projet. Les services nous ont apporté leurs conseils et nous discutons actuellement de l’opportunité d’ouvrir une ligne de bus». Avec les entreprises de la zone du Siala, Xavier Irigoyen étudie aussi la construction d’une passerelle au-dessus d’un ruisseau pour mieux relier les secteurs. «Ce quartier va amener 500 personnes, ce n’est pas négligeable», note-t-il. Tous les espaces publics seront, à terme, donnés et gérés par la mairie.

 

Focus

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : SAS Les Coteaux Saint-Hippolyte

Maîtrise d’œuvre : Société Papyrus, BET VRD; Sarl Complément Terre, architecte-paysagiste; Christophe Duhem, expert géomètre ; Daniel Enguilabert, architecte-conseil.

Coût estimé du projet : De 4 à 5 millions d’euros.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Les nouveautés produits
Retrouver tous les produits
Newsletters
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X