Actualité

Les vols sur chantier, enjeu majeur d’Expoprotection 2012

AP | 03/12/2012 | 13:59 | Evénement

Agrandir la photo © DR
Expoprotection du 4 au 7 décembre 2012, Porte de Versailles à Paris

Apporter des solutions à cette nuisance qui pèse chaque année 1 à 2 milliards d’euros sera l’un des thèmes clefs du salon salon de la prévention et de la gestion des risques qui se tient du 4 au 7 décembre 2012 à Paris Porte de Versailles.

Engins de chantier (pelleteuses, tractopelles, niveleuses, grues…), camions, voitures, outils, matériaux (métaux dont le cuivre, ciment, carrelage), éléments de construction (coffrets électriques, portes, fenêtres, serrures)… Chaque année, les déclarations de vol sur les chantiers de construction pèsent 1 à 2 milliards d’euros. Un "pillage" qui représente 1 à 2 % du chiffre d’affaires annuel du secteur. Et une entreprise sur deux a été victime d’au moins un vol significatif de plus de 10 000  euros dans l’année selon la FFB.

La sécurité/sûreté, un marché qui pèse plus de 16 milliards d’euros de chiffres d'affaires (sur les 20 milliards € qu'a représenté le marché global de la protection en 2011 1) et donc la protection contre les vols sur chantier seront des thèmes majeurs d'Expoprotection, salon de la prévention et de la gestion des risques qui se tient du 4 au 7 décembre 2012 à Paris Porte de Versailles, avec un espace dédié (Pavillon 7.3) 2 où seront présentées toutes les solutions pour la prévention et la protection contre la malveillance et le feu, la sécurité des hommes, des biens et des informations.

C'est dans cet espace que seront ainsi mis en avant par exemple les sytèmes de protection périmétrique.

En effet, en dehors des mesures organisationnelles de base qui peuvent être prises pour sécuriser un chantier  (désigner une personne en charge des mesures de sûreté, délimiter et clôturer le chantier avec des palissades, limiter et contrôler les voies d’entrée et sortie du chantier), il existe des technologies permettant de renforcer la sécurité : éclairage général de nuit qui se déclenche par un détecteur de présence, centrale d’anti-intrusion avec alarme sonore ou lumineuse, vidéoprotection.

 

Infrarouge et laser

 

La technologie la plus plébiscitée par le marché est par exemple l'infrarouge actif. Il s'agit d'un système de colonnes, de hauteur variable (de 1 à 3 m), fonctionnant par deux, installées face à face et dotées de cellules photosensibles. En cas d'intrusion, les cellules donnent l'alerte et la centrale prévient le responsable de la sécurité. Celui-ci peut alors se connecter, même à distance via le réseau IP.

 

Autre solution : l'hyperfréquence. Le principe de cette technologie est de déployer une barrière radio. Là encore, émetteurs et récepteurs se font face. L'alerte est donnée lorsque la liaison est coupée. Cette technologie est capable de dresser un mur virtuel sur plus de 200 mètres contre 100 mètres pour une barrière infrarouge. En revanche, l’hyperfréquence possède un défaut de taille. A savoir, l'épaisseur du champ radio qu'elle génère, fin aux extrémités mais très important au milieu. En pratique, l'espace de détection prend la forme d'un ballon de rugby. Ce qui rend la zone infréquentable par des intrus mais également par les exploitants, sous peine de générer des alarmes...

Moins connues, des alternatives existent. Par exemple les rideaux laser, une technologie qui consiste à balayer une zone à l'aide d'un faisceau laser et à analyser le signal de retour. Très fiable, notamment parce qu'elle offre un paramétrage précis de la zone de détection, cette solution reste toutefois l'une des plus coûteuses en termes de maintenance...

Autant de solutions parmi les 330 nouveautés qui seront présentées cette année à Expoprotection.

 

 

 

AP | Source LE MONITEUR.FR

Etude annuelle réalisée par En Toute Sécurité.

2 Le Pavillon 7.2 accueillera l'espace Santé – Environnement dédié à la prévention et à la protection contre les risques professionnels et environnementaux, à la santé et au bien être au travail.

 

VOUS SOUHAITEZ REAGIR